PARTAGER

A cause de la vulnérabilité de certains pays du Sahel, l’Onu et ses partenaires cherchent 2,66 milliards de dollars pour soutenir les populations qui ont besoin d’une aide urgente.

La situation humanitaire dans le Sahel nécessite un engagement international. Car 30 millions sur les 150, qui vivent dans cette région, ont besoin d’une aide urgente d’une valeur de 2,66 milliards de dollars pour soutenir huit pays situés dans le Sahel. L’appel à fonds a été lancé hier à Dakar par les Nations unies et ses partenaires à l’image du Cadre mondial pour les services climatiques pour l’Afrique  (Cmsc). Les enjeux se déclinent dans les domaines de la sécurité alimentaire, en santé et surtout à l’accès à l’eau et à l’assainissement. Le Mali est par exemple confronté à des situations de violence extrême, et entre les communautés. Alors que les besoins humanitaires du Sénégal sont principalement dus au choc climatique saisonnier et aux vulnérabilités chroniques, en particulier dans les régions de l’Est et du Nord où les taux d’insécurité alimentaire et de malnutrition sont souvent élevés. Selon une étude des Nations-unies, 881 mille personnes auront besoin d’une assistance humanitaire en 2017. Plus de 880 mille personnes devraient faire face à des niveaux d’urgence d’insécurité alimentaire et plus de 90 mille  enfants de moins de 5 ans risquent de souffrir de malnutrition aiguë sévère. Pis : des dizaines de milliers de personnes seraient exposées aux risques d’inondation et aux effets de la sécheresse dans les mois à venir, alors que plus de 21 mille autres sont menacées par les épidémies. Toby Lanzer, coordonnateur humanitaire régional pour le Sahel, alerte : «Effectivement, on sait que  parmi les 150  millions  de personnes qui habitent dans la région du Sahel il ya eu 30 millions qui ont besoin d’une aide et nous les Nations unies et les Ong qui sont  nos partenaires on a lancé un appel aujourd’hui (hier) pour 2 ,7millards de dollars. On cherche les bailleurs de fonds en Europe en Amérique du Nord, en Asie pour appuyer les gouvernements, les Etats, les communautés en détresse au long de la bande Sahélienne.» Il précise :  «Pour le  Sénégal, c’est un pays qui a bien géré les choses  pendant la dernière année, et notre appel  humanitaire  ne cible pas trop le Sénégal. C’est vraiment des situations au Mali, dans le Bassin du Lac Tchad où se trouve la grande  majorité des besoins humanitaires dans le Sahel. Donc nous on a vraiment ciblé  par exemple  le Nord du Mali, le  Nord-Est du Nigeria, le Nord du Cameroun et des autres endroits qui sont frappés  par les  violences extrêmes.»
Il faut savoir que cet appel intègre les actions de plus d’une centaine d’organisations partenaires dédiées à sauver des vies et protéger les communautés les plus vulnérables. Il s’inscrit dans une stratégie qui, en plus des secours vitaux, insiste sur les interventions précoces et le renforcement des partenariats avec les gouvernements et les organisations de développement.

Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here