PARTAGER

Le Président français, Emmanuel Macron, et Denis Sassou Nguesso (Dsn), son homologue congolais, se sont parlé par téléphone le 4 août, un entretien préparé la veille par le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lequel avait appelé Dsn – qu’il connaît bien. Au menu de la conversation : la conclusion d’un accord avec le Fmi souhaitée par la France, la situation intérieure congolaise avec la mise en œuvre prochaine du mécanisme de dialogue pouvoir – opposition pré­vu par la Constitution de 2015, mais aussi la crise libyenne.
Bien que prévenu par Bertrand Cochery, l’ambassadeur de France au Congo, de l’organisation d’une rencontre entre Khalifa Haftar et Fayez Sarraj (elle a eu lieu à La Celle-Saint-Cloud le 25 juillet), Dsn, qui préside le Comité de haut niveau de l’Ua sur la Libye, n’y avait pas été associé ; d’où une certaine incompréhension que Emmanuel Macron a tenu à dissiper en assurant à son interlocuteur que l’Ua avait toute sa place dans le processus et qu’il n’était pas question de la marginaliser.
jeuneafrique.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here