PARTAGER

La Société sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins (Sodav) a procédé hier au paiement inédit de la première répartition des droits d’auteur des œuvres d’art visuel.

20 millions 753 mille 206 francs Cfa seront répartis entre 103 artistes sénégalais d’art plastique et graphique en guise de redevances de leurs droits d’auteur. Une cérémonie tenue sous l’œil du ministre de la Culture et de la communication, Abdoulaye Diop, qui sera ancrée dans les annales de l’histoire culturelle du pays de Senghor. Les auteurs de ces œuvres d’art visuel perçoivent ainsi pour la première fois des droits de leur labeur au Sénégal. Cela, après quarante longues années d’attente depuis la mise sur pied d’un système de gestion collective dans leur pays. D’ailleurs, la plus grande partie du montant a été collectée en France. En effet, 18 millions 340 mille que constitue la première partie de la somme sont enregistrés en France par l’Association des arts graphiques et plastiques (Adagp), sise en France. Et la deuxième partie des droits a été recueillie par la Sodav qui a réuni le montant de 2 millions 413 mille 206 francs Cfa.
Toutefois, le directeur général de la Sodav, Ali Bathily, se réjouit de cet acte solennel. «En faisant cette première répartition, la Sodav, malgré la jeunesse de sa société, est en train de montrer la voie en donnant le ton aux autres sociétés africaines, en s’inscrivant pleinement dans son mandat pluridisciplinaire de société multi répertoires qui gère les droits des musiciens, des littéraires, des auteurs dramatiques, des arts graphiques, entre autres.»
Cette prérogative de la Société sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins entre, à terme, en droite ligne avec les dispositions de la loi 2008-09 sur les droits d’auteur et les droits voisins qui reconnaît les auteurs d’art visuel sénégalais au même titre que les autres formes d’expressions artistiques. Concré­tisant la mise en œuvre de l’ensemble des droits, qu’ils soient exclusifs ou des droits à rémunération.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here