PARTAGER

Sans surprise, Soham El Wardini a été élue maire de Dakar en remplacement de Khalifa Sall. A la fin de la séance, ses adversaires Moussa Sy et Banda Diop, accusés de «trahison» par les partisans de Khalifa Sall, ont échappé à l’agression physique.

La délivrance prend la place de l’inquiétude et des regards craintifs sur les visages des partisans de Khalifa Sall. Dans la salle de délibération de l’Hôtel de Ville étouffante et archicomble, le préfet de Dakar porte haut la main Soham El Wardini qui vient de succéder à Khalifa Sall révoqué le 31 août dernier par décret présidentiel. Sur 90 votants dont 83 présents, l’ancienne Première adjointe au maire de Dakar depuis 2014 est déclarée vainqueur avec 64 voix devant Moussa Sy (13) et Banda Diop (11). Il y a eu 2 abstentions. Le silence bruissant observé lors du dépouillement se transforme en festin grandiose auquel les lieux ne sont que très peu habitués depuis l’incarcération de Khalifa Sall en mars 2017. «Khalifa ! Khalifa ! Khalifa !», scande la foule. Se frayer un chemin demeure un exercice délicat. On se bouscule pour décrocher un selfie avec le nouveau maire de Dakar aux côtés de Bamba Fall et Cheikh Guèye. En bon perdant, Moussa Sy s’introduit dans la masse mais peine, à cause de la déferlante humaine, à se rapprocher de Mme le maire pour des félicitations.

Moussa Sy et Banda Diop échappent au lynchage
Profil bas, les conseillers de Benno bokk yaakaar quittent la salle. Abdoulaye Diouf Sarr, Mame Amadou Samba, Mamoudou Wane, Adama Faye s’éclipsent. Ils essuient quelques huées. La salle est vite évacuée par les éléments de la sécurité. Quitter la salle est un chemin de croix. A l’extérieur, Moussa Sy, bien aidé par des éléments de sa sécurité, se dirige vers son véhicule. «Espèce de traître !», lui lance un jeune partisan de Taxawu Dakar, d’un regard noir et colérique. Stoïquement, le maire des Parcelles Assainies encaisse mais il est attaqué par une dizaine de jeunes décidés à lui faire sa fête. Copieusement conspué, il échappe à un gros coup de poing asséné par un affidé de Khalifa Sall. Il lui est reproché d’avoir «trahi» Khalifa Sall en se présentant contre Soham Wardini. Les insultes fusent de partout. Sa sécurité a dû jouer des muscles pour le tirer des griffes de la furia de jeunes. «Où est Banda ?», se demande un jeune appelant ses camarades à se lancer aux trousses du maire de la Patte d’Oie.
Banda Diop, habillé d’un boubou Getzner blanc, hâte le pas pour regagner son véhicule. Le temps de voir les insultes s’abattre sur lui. Sa personne a failli en pâtir physiquement. «Il faut tabasser ce traître», décrète une militante. Un cercle de jeunes déchainés se forme autour de lui. Serein, Banda Diop esquive, encaisse et accuse le coup, profil bas sous les huées de la foule. Un sale quart d’heure. Dedans, il voit impuissamment la foule porter des coups sur son véhicule. Des actes qui traduisent une cassure au sein de Taxawu Dakar. Khalifa Sall a réussi à conserver la mairie de Dakar mais sa coalition y a laissé des plumes.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here