PARTAGER

Le Président malien a appelé hier à Bamako à corriger les insuffisances de la Mission des Nations unies au Mali (Minus­ma) au cours de la cérémonie d’ouverture de la réunion extraordinaire des chefs d’Etat du G5 Sahel.
Les Présidents du Burkina Faso, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad participent à cette réunion, convoquée à cause de la dégradation de la situation sécuritaire au Mali. La plus récente attaque a eu lieu à Menaka dans le nord où quatre soldats ont perdu la vie samedi. Mais l’attaque qui a eu plus d’ampleur ces dernières années reste celle de Gao où près de 80 personnes ont trouvé la mort le 18 janvier.
Comme le thème l’indique la situation sécuritaire au Mali a des répercussions dans la sous-région sahélienne. Le Niger et le Burkina voisins font régulièrement face à des actes terroristes dont on dit très souvent que les auteurs viennent du Mali où repartent vers le Mali après leur forfait.
Dimanche les ministres de la Sécurité, de la Défense, des Affaires étrangères du G5 Sahel ont travaillé sur la copie à soumettre à l’appréciation des Présidents. On y apprend le projet de formation d’une force sous régionale. Aucune précision sur l’effectif et les dates de mise en place de cette force.
Les populations du Sahel et les Maliens en particulier fondent beaucoup d’espoir sur ce sommet, et souhaitent qu’il ne sera pas une rencontre de plus.
Le G5 Sahel composé du Bur­kina, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad a été créé en 2014. Il est un cadre de coordination et de coopération en matière de politique de développement et de sécurité.
bbc-afrique.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here