PARTAGER
Talla Sylla, maire de Thiès.

Entre le maire et le président du Conseil départemental de Thiès, le divorce est définitivement consommé. Son budget rejeté lors du Conseil de ville convoqué samedi dernier, Talla Sylla qui a comparé le leader de Rewmi à Hitler a renoncé à sa candidature en 2019 pour soutenir le Président Macky Sall.

Ils n’étaient pas en de bons termes depuis près de deux ans. Mais l’inimitié entre Talla Sylla et Idrissa Seck a atteint son paroxysme le week-end dernier, lors d’une réunion du Conseil de ville de Thiès. Réunion au cours de laquelle le budget 2018 a été rejeté par les conseillers majoritaires, membres de Rewmi et émaillée d’invectives pro et anti Talla Sylla. Et voilà qui a outré le maire qui, finalement, a «officialisé» son soutien au Président Macky Sall pour la Présidentielle de 2019. C’est que depuis son élection en tant qu’allié de la coalition dirigée par Idrissa Seck aux Locales de 2014, Talla Sylla a pris ses distances et ne manquait pas de défier le leader de Rewmi. Et même s’il n’a pas été aux dernières élections avec Benno bokk yaakaar, certains lui avaient collé l’étiquette d’«allié» de la majorité présidentielle. Très en colère, il déclare : «Des élus de Thiès se permettent de poignarder la ville dans le dos, parce qu’orientés simplement vers la satisfaction des désirs d’un homme arrogant (Idrissa Seck). Je dis que l’arrogance est un défaut majeur qui conduit fatalement à des réussites mineures. C’est un attentat contre Thiès et mon devoir de premier magistrat de cette ville est de la défendre. Et pour ce faire, je renonce à ma candidature à la Pré­sidentielle de 2019 pour soutenir Macky Sall. Je veux le faire parce que j’avais pris l’engagement de défendre Thiès. Le Président Macky Sall sait que nous avons des divergences profondes sur des questions essentielles. J’essaierais de trouver les espaces d’échanges avec lui pour essayer de résoudre ces questions afin de contribuer, autant que faire se peut, à écarter, nettoyer et éradiquer la gangrène politicienne.»

«Idy serait pire que Hitler s’il prenait le pouvoir»
Le maire de Thiès d’ajouter : «Si nous ne le faisons pas, nous faisons courir à notre pays et à notre ville des risques. Idrissa Seck, pour ne pas le nommer, n’a jamais mis les  pieds aux Conseils de ville, il n’a pas non plus démissionné. C’est inadmissible. Il n’a aucun respect pour cette institution et pour la ville de Thiès. J’ai assisté aujourd’hui à la confirmation de ce que Idrissa Seck nous avait dit en 1993 à son domicile à Dakar : ‘’Thiès n’est pas dans mon agenda’’.» Sa colère allant crescendo, il jure que l’ancien Premier ministre «serait pire que Hitler s’il prenait le pouvoir». L’édile de la Cité du Rail ne s’explique pas que Idrissa Seck «cautionne le blocage d’une ville qui lui a tout offert» et entend prendre sa revanche par son soutien au Président Sall.

Diattara : «Talla a toujours été un allié de Macky Sall»
Pour les Rewmistes, le retrait de Talla Sylla de la Présidentielle n’est «pas surprenant». «Il a toujours été un allié de Macky Sall pour combattre Idrissa Seck. Talla n’a plus aucun avenir politique à Thiès ; d’où son ralliement au chef de l’Etat. C’est un homme fini, qui a échoué. Cette guerre-là, il l’avait déclarée au président Idrissa Seck depuis fort longtemps. Mais Dieu merci, les Thiessois ont déjà tranché et naturellement réglé cette question. Nous ne sommes pas en guerre avec qui que ce soit. Nous sommes au service des populations, travaillons pour les Thiessois qui ont vu de manière palpable ce que le président Idrissa Seck a réalisé», réplique Yankhoba Diattara.
Par conséquent, le 1er vice-président du Conseil départemental de Thiès fait remarquer que Talla Sylla n’a fait qu’«officialiser» son alliance avec Macky Sall. «Cela ne nous étonne pas parce qu’il n’a aujourd’hui aucun bilan à présenter aux Thiessois et ne peut donc que se réfugier derrière Macky Sall», ajoute M. Diattara. Cheikh Tidiane Lô, porte-parole des conseillers rewmistes de la Ville de Thiès, explique le rejet du budget 2018 : «Aujourd’hui, on savait que le maire n’était pas venu pour faire voter un budget, parce qu’on a vu des conseillers de la mouvance présidentielle qui, pour la première fois, se sont présentés à une réunion du Conseil municipal. C’était une volonté politique. Ils sont venus avec des nervis pour tenter de perturber la quiétude des con­seillers, mais ces derniers ont fait preuve de sérénité et ont pu gérer la situation pour que les travaux puissent se dérouler en paix.» Il lave son leader de cet «échec» de Talla Sylla : «Com­ment Idrissa Seck peut-il installer un maire et revenir pour essayer de le torpiller ? Cela n’a pas de sens. On lui pose simplement la question de savoir comment les fonds de 2015, 2016 et 2017 ont été utilisés. Il a loué une permanence à presque 800 mille F Cfa, alors qu’il a une indemnité de 900 mille F Cfa. Comment fait-il, lui, pour payer tous ses loyers ?»
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here