PARTAGER

Babacar Gaye a lui-même donné quelques coulisses du Comité directeur de mercredi au Terrou Bi. Sur sa page Facebook, il révèle que le Secrétaire général du Pds a été surpris de l’avoir vu, alors que quelqu’un lui a dit qu’il était «parti». Le porte-parole du Pds parle de «complot permanent» contre sa personne. Et s’il n’accuse Oumar Sarr, il suggère que c’est ce dernier.

«Le complot permanent.» C’est le titre que Babacar Gaye a donné à un texte qu’il a posté hier sur sa page Facebook, rendant compte d’une séquence du Comité directeur du Pds, mercredi à l’hôtel Terrou Bi. «Me Wade entre dans la salle sous une pluie d’ovations et de Sopi. Arrivé à mon niveau et après une chaleureuse salutation, il me lança à la figure : “Tu es là ? On m’a dit que tu étais parti.” Immédiatement il se retourna sur lui-même pour s’interroger, les yeux hagards : “Où est Oumar Sarr ?’’», rapporte-t-il. Le porte-parole du Pds dit en être «choqué», «surpris» et «surtout dépité d’une telle apostrophe» venant de Me Wade. «Mon sang fit rapidement un tour. Alors, je reste zen en maîtrisant le feu qui couvait en moi», précise-t-il. Il poursuit son récit : «N’ayant pas vu Oumar Sarr, il (Wade) s’adressa à Mayoro Faye en lui posant la même question. Le chargé de la communication du parti n’a eu d’autre réaction que de lui rétorquer : “Qui vous l’a dit Monsieur le Président ?” Me Wade réagit, sûr de son fait : “on m’a bien dit que Babacar est parti. Où est Oumar Sarr”, renchérit-il. N’ayant aucune réponse, il poursuivit : “Bon comme tu es là, c’est bien et c’est l’essentiel.”.» M. Gaye souligne que d’anciens responsables ont tenté de le rassurer, le réconfortant par un «Vous avez encore raison sur eux». Mais entre les lignes de Babacar Gaye suinte un nom : Oumar Sarr. Est-ce donc le Secrétaire général adjoint du Pds qui a soufflé à son patron que le porte-parole a quitté le parti ? Babacar Gaye le suggère, même s’il dit : «Je n’accuse personne, mais je ne disculpe personne. En fait qui sont «eux». Ne cherchons pas loin. Les comploteurs en quête de légitimité, avides de positions et de prétendes ont repris du service. Ils ont encore calomnié, menti et vilipendé pour une cause qui n’est pas la mienne. Car le dénigrement est une des facettes de leur l’ignominie et de leur faiblesse d’âme. Je pardonne car je comprends l’angoisse existentielle qui les habite et la jalousie qui les ronge.»

Le différend avec Oumar Sarr
Babacar Gaye ne verrait personne d’autre que Oumar Sarr. En effet, on se rappelle son différend avec le coordonnateur du Pds né du Comité directeur du 4 avril 2018. «Je n’ai pas de différend personnel avec Oumar Sarr. Nous avons un différend sur la manière dont les choses se passent. (…) Je l’ai dit au Pré­sident Wade, pour avoir fait un voyage en France spécialement pour cela. Je l’ai dit à notre candidat, Karim Wade. J’aurais aimé qu’on ait une approche plus holistique, qu’on ait un leadership mieux partagé et qu’on soit plus proactif par rapport à la chose politique», avait-il déclaré lors de l’émission Grand Jury de la Rfm. C’est d’ailleurs ce qui l’avait poussé à «geler ses activités» dans le parti, à se retirer de la Commission nationale chargée de la vente des cartes et du renouvellement des structures, mais aussi à ne pas prendre pas part à la Délégation de la tournée nationale.

«Quand j’aurai fini mes concertations, je rendrai publique ma décision»
Peut-être que son annonce, il y a quelques jours, selon laquelle sa fédération estime que le Pds doit soutenir Idrissa Seck ou Madické Niang, deux candidats libéraux de l’opposition, est passée par là ! «Dans la sérénité qui sied en ces moments difficiles, je poursuis mon chemin et reste déterminé à respecter le mandat que j’ai reçu de la Fédération de Kaffrine. Et quand j’aurai fini de me concerter avec d’autres responsables et militants du parti ainsi que des sympathisants et les membres de ma famille, je rendrai publique ma décision», a réitéré le patron de la Fédération libérale de Kaffrine.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here