PARTAGER

Le ministre de l’Intérieur a décidé de détacher des éléments de la police et de la gendarmerie aux candidats de l’opposition, après les incidents de Tamba ayant fait 2 morts. Mais Ousmane Sonko n’en veut pas. A Vélingara hier, il a déclaré sur Igfm.sn : «Je ne veux pas de sa (Aly Ngouille Ndiaye) sécurité parce que je n’ai pas confiance en lui ni à ce qui entoure l’Etat. Il devait le faire depuis le début de la campagne, mais attendre presqu’à la fin pour le faire… Si l’incident de Tamba n’avait pas eu lieu, il n’allait pas prendre de mesures.» Auparavant, c’est une foule en liesse qui a accueilli le candidat de la coalition SonkoPrésident vers le crépuscule. Le convoi avait du mal à se déplacer, tellement des foules postées à différents endroits de la ville voulaient voir et parler à Sonko. D’ailleurs, la caravane a été stoppée au beau milieu de sa course et Sonko a été obligé de faire sa déclaration, alors que des sympathisants l’attendaient au lieu précédemment indiqué à cet effet. «Des responsables de la coalition Benno bokk yaakaar sont en train de dire aux populations du monde rural que toute personne ayant parrainé le candidat Macky Sall est obligé de voter pour lui, sinon c’est la prison garantie. Allez sensibiliser nos parents pour leur faire comprendre que ce n’est pas la réalité ! Le parrainage n’a rien à voir avec l’élection. Ils ont acheté ces signatures et veulent continuer à leurrer ces gens. Dites-leur de continuer à prendre leur argent, mais qu’une fois dans l’isoloir de voter pour un candidat neuf, compétent, intègre : le candidat Ousmane Sonko», a-t-il lancé. Avant de poursuivre : «Nous sommes à la dernière étape d’un séjour de 4 jours dans la Casamance naturelle. Le constant est que toute la Casamance, comme d’ailleurs tout le Sénégal, a décidé de voter pour Sonko. Nous allons gagner dès le premier tour.»
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here