PARTAGER

Pour faire revenir définitivement la paix en République centrafricaine, Balkoua Virginie, ministre de l’Action humanitaire et de la Réconciliation de la Rca, et plusieurs personnalités du pays ont séjourné à Dakar pour y tenir une table ronde sur la crise, qui mine ce pays. C’est ainsi qu’elles sont reparties à Bangui avec dans leurs valises un plan d’actions pour y parvenir.

Alors que des affrontements entre groupes rivaux d’auto-défense ont occasionné quatre morts au quartier Km5 de Bangui hier, la République centrafricaine cherche une solution de sortie de crise à cette guerre ethnico-religieuse, qui la mine depuis cinq ans. S’étonnant de l’absence à Dakar   des représentants de la  Séléka, à majorité musulmane et fidèle à l’ex-Président Michel Djiotodia, qui vit en exil au Bénin, et les groupes d’auto-défense chrétiens et animistes, les   anti-Balaka, qui s’entredéchirent, Balkoua Virgi­nie, ministre de l’Action humanitaire et de la réconciliation de la Rca, remet les choses à l’endroit. En soutenant que cette rencontre est destinée seulement aux leaders religieux et communautaires, qui auront la charge de faire taire les armes avec comme feuille de route un plan d’actions élaboré à Dakar, elle explique : «Cette table-ronde est l’implication des leaders religieux et communautaires dans la mise en œuvre des accords de paix. C’est à eux de faire les plaidoyers auprès des groupes armés. Leur rôle, c’est de travailler auprès des communautés. Ils doivent les sensibiliser pour ramener les autres dans le sens de la paix. Cette table-ronde est l’espace de travail des leaders religieux et communautaires.  Ce sont eux-mêmes qui sont les maîtres d’œuvre de cette table ronde.» Elle espère que la mise en œuvre d’un plan d’actions  permettra aux leaders religieux et communautaires d’intervenir  de manière collective pour jouer leur rôle dans le processus dans ce pays du Centre de l’Afrique à l’inverse de ce qu’ils avaient l’habitude de faire en travaillant en solo. Adressant ses vives félicitations au Président Macky Sall pour avoir permis à la rencontre de se tenir à Dakar, Mme Virginie renseigne que ces leaders religieux et communautaires ont décidé de mettre en place une coordination avant de repartir de Dakar.  «Au bout de trois jours d’activité, les leaders religieux et communautaires ont échangé autour de la problématique et ont mis en place un plan d’actions. Ce sont des personnes écoutées et qui ont joué un rôle dans le conflit avec des résultats au bout. Nous avons été agréablement surpris de voir le remarquable travail qu’ils ont abattu en tenant compte des réalités du terrain», s’est-elle réjouie.  Revenant sur les six axes qui sous-tendent le document produit dans la capitale sénégalaise, Mme la ministre révèle que  le protocole tourne autour de la sensibilisation des populations sur la coexistence communautaire, la mise en place d’un cadre normatif favorable  à la coexistence intercommunautaire et la déradicalisation des groupes armés pour les  encourager à s’insérer dans le processus politique.
Par ailleurs, le renforcement des capacités des acteurs en matière de médiation et de résolution des conflits, l’implication des leaders religieux et  commu­nau­taires   dans le proces­sus,  dans les mécanismes et ini­tiatives pour promouvoir la paix et la réconciliation nationale et la mise en œuvre d’un dispositif de coordination et de suivi pour  la mise en œuvre du plan d’actions constituent les autres axes du plan d’actions. Un programme visant à accompagner le retour des réfugiés en Rca sera validé «d’ici janvier», selon la ministre centrafricaine, Balkoua Virginie, qui renseigne qu’un million de Centrafricains ont fui le pays à cause de la guerre sans oublier les 26 mille autres déplacés  causés par  le regain de violence à l’Est du pays. Si les leaders religieux sénégalais n’ont pas été associés à cette table ronde, cela ne sera que partie remise, si l’on en croit au Révérend, Nicolas Guerekoyame Gbandou.

ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here