PARTAGER

«Un album est la photographie de ce qu’on a été à un moment précis.»  Si l’on se fie à cette citation du musicien congolais, Lokua Kanza, Carlou D est arrivé à maturité musicalement. En effet, en 13 ans de carrière, le Baye Fall vient de sortir son 7ème opus. Lion D est un voyage musical tant sur le plan rythmique, thématique que linguistique. Car connu pour sa spiritualité, le Baye Fall a fait montre de sa diversité dans cette production de 12 titres et 3 bonus tracks au point que l’animateur Kalz lui colle déjà le titre de «l’album de l’année».
Bien que surfant, dans son ensemble, sur le blues, la pop et le hip-hop, Lion D a  une faveur rock très «africanisée». En effet, enregistré en live avec Jammon Band et d’autres musiciens venant d’un peu partout du continent, la symbiose entre le clavier, la guitare et la kora donne à cet album un côté rock à la fois moderne et africain. «C’est un autre Carlou D qu’on découvre comparé à ce qu’il avait l’habitude de servir», a informé le présentateur de l’émission Real One. Ce que confirme l’intéressé en ces mots : «Cet album est un cri du cœur. Lion D parce qu’on a gagné une expérience de 13 ans. Je fais partie des artistes qui essayent de faire la différence maintenant que je viens de trouver ma lignée musicale. Lion D va recadrer les choses et répondre à tous ceux qui voulaient savoir ce que Carlou D fait exactement.» Il ne joue pas de la musique, il est musicien !
Et le public sera en mesure d’en juger, car capitalisant plus d’une décennie d’expérience, Ibrahima Loucard (le nom de Carlou D à l’état-civil) a prévu trois types de sortie. «Il y a aujourd’hui (samedi passé, Ndlr) la sortie Silver pour le lancement officiel, les ados seront conviés ce 1er mai au Just 4 U et les Gold vont pouvoir le découvrir à table au Terrou-Bi le lendemain», a-t-il informé.
Sur le plan thématique, Lion D évoque la vie dans sa globalité. Loin de se mettre dans la peau d’un donneur de leçons, l’artiste pose le débat sur la place de la femme, de la tradition et explique sa perception de la citoyenneté à l’heure actuelle. Ainsi de la Femme à Xarbaax en passant par Aimons-nous sans oublier Temps-la, Carlou D «parle à son Peuple» tout en dressant en filigrane le Sénégal de ses rêves et ceci en utilisant le wolof, le peulh, le français et l’anglais. Il n’a pas oublié ses premiers pas dans le mouvement hip-hop. Sur un egotrip (un voyage sur soi en expliquant ses compétences), Carlou D rappelle à ses pairs qu’il est toujours dans le «game». Mais ce qui frappe le plus dans cet album, c’est l’absence d’un titre exclusivement dédié à sa mère, Ndèye Dior, comme il avait l’habitude de le faire dans ses différentes productions. Cette fois-ci, il se veut plus «généraliste». «Le titre Femme est en quelque sorte un hommage à ma mère mais il parle aussi de manière générale à la femme», a-t-il confié.
Il faut noter que Lion D n’a enregistré la collaboration de Dip, un fait assez rare pour être souligné.
 mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here