PARTAGER

Présents au Sénégal dans le cadre de leur tournée africaine, Gohou Michel, Digbeu et Mamane ont tenu, quelques heures avant leurs spectacles à l’Institut Français, un point de presse. A l’ordre du jour, leur film «Bienvenue au Gondwana», sorti tout récemment, leur émission diffusé sur Canal «Le Parlement du rire» et le métier d’humoriste en général. Mamane crache ses vérités de façon crue aux Gondwanais.

«Bienvenue au Gond­wa­na» 
«Sorti en France et dans certains pays d’Afrique tels que Niger, Burkina, Côte d’Ivoire, Gabon, Congo Brazza, Guinée Conakry, Mali, Tchad… le film sortira officiellement au Sénégal le 11 mai, lors de l’inauguration de la salle Olympia, en présence du Président Macky Sall et de plein d’autres autorités. C’est une comédie sur la lutte pour la démocratie et les élections en Afrique. C’est une actualité qui parle à tous les Africains. Et pour une fois, ce sont des Africains qui donnent leurs points de vue sur l’actualité africaine et ces élections qui ne sont qu’une espèce de jeux d’hypocrisie entre l’Occident et nos dictateurs. On sait bien que quelqu’un est un dictateur, mais on lui dit d’organiser des élections qu’il truque pour que l’Occident puisse dire voilà nous on ne fait des affaires qu’avec des démocrates. Pendant ce temps, on voit de jeunes Africains qui se noient dans la Méditerranée pour fuir un pays qui est soi-disant démocratique. Des pays (je parle du Gondwana) où il n’y a pas d’accès aux soins, à une bonne éducation, ni de bons équipements. Des pays où la jeunesse voit son avenir embrumé. Ce film est une comédie pour rire et aborde des sujets sérieux comme la mal gouvernance et l’état de la démocratie dans nos pays. On sait que quand il n’y a pas de démocratie dans nos pays, il n’y a rien d’autre.

Mots aux Gondwanais et aux chefs d’Etat du Gond­wa­na
Les chefs d’Etat ne nous intéressent pas. Dans un pays, le chef d’Etat est tout seul, il ne peut pas gouverner un pays, sans le Peuple. Ceux qui nous intéressent, c’est le public, les spectateurs. On les amène dans nos spectacles, on les fait rire et on en profite pour glisser des messages. Tous les commentaires qu’on reçoit en retour c’est : «Merci, bravo, continuez, on est fier de vous. Vous contribuez à conscientiser la jeunesse. C’est tout ce qui nous intéresse.» Après, quand une population est organisée, le chef d’Etat quoi qu’il fasse, s’il n’écoute pas, la jeunesse peut le dégager.
Ici au Sénégal, le mouvement Y en a marre a pris une force vitale et a empêché Abdoulaye Wade de se créer une dynastie. On a vu au Burkina Faso, le Balai citoyen. C’est pareil au Tchad. Idriss Deby arrête tous les jours les jeunes du mouvement citoyen, Tournons la page. En Rdc, c’est Filimbi (…) Les réseaux sociaux, l’interconnexion des jeunes Africains ont fait que maintenant on ne plus nous mentir. Un Président ne peut se cacher chez lui, pour dire tout va bien. Yahya Jammeh a tout fait, mais il a dégagé.

Aux artistes et humoristes africains
Les gens qui font de l’art et qui se disent non engagés sont des menteurs ou des lâches. Un Africain ne peut pas dire qu’il est artiste et qu’il ne parle pas de ce qui se passe en Afrique. On ne peut pas monter sur scène et prétendre que tout va bien. Celui qui fait cela, fait de la diversion, de la non-assistance à Peuple en danger. On ne peut pas monter sur scène ou faire un film et dire que tout va bien en Afrique. On voit ce qu’est devenu l’humour en France. Les gens ne sont plus des citoyens, mais des consommateurs. Ils n’ont plus de combat, leur seul combat étant la distraction. Où est-ce que je vais passer mes vacances ? Il y a de l’eau, de l’électricité, les réseaux de transport marchent pour eux, tout va bien. Nous en Afrique, nous n’avons pas ça.

Rire africain
Je ne suis pas ministre du Tourisme pour dire que tout va bien en Afrique, venez. Je suis là pour parler des choses qui ne vont pas. Je vais toujours le faire et continuer. Ce n’est pas moi qui mets des opposants en prison, ce n’est pas moi qui détourne l’argent des Africains pour aller le cacher en Europe. Ce n’est pas moi qui, pour un petit rhume, vais me faire soigner dans les meilleurs hôpitaux en Europe. Ce n’est pas moi qui envoie mes enfants au Canada. Tant qu’il y aura des gens qui dirigeront nos pays sans construire des hôpitaux dignes de ce nom, des écoles dignes de ce nom, des infrastructures dignes de ce nom, tant que nos jeunes mourront dans la Méditerrané, nous les humoristes on va en parler. Notre rôle, c’est d’appuyer là où ça fait mal. De gratter là où ça démange. Quand tout ira bien, quand le Gondwana deviendra la Yaafoy, nous serons au chômage.

Parlement du rire
Le Parlement du rire, c’est un programme que nous avons fait pour donner une exposition aux humoristes africains. C’est un programme panafricain, c’est juste un prétexte pour qu’on voit des humoristes du Gabon, du Congo, du Tchad, du Mali, on attend toujours ceux du Sénégal. C’est un casting ouvert à tous sur Facebook, mais les humoristes sénégalais font toujours leur sketch en wolof. On lance un appelle aux humoristes sénégalais de faire des sketchs en français. On n’a rien contre les langues  locales. Je parle Haoussa, Bété, Gohou aussi parle plusieurs langues, mais on parle français pour nous adresser au public africain qui fait 250 mille à 300 millions de spectateurs juste pour l’Afrique francophone.
On a un énorme marché, un énorme bassin de spectateurs pour nous. La condition c’est d’être compris par les humoristes du monde entier. Tous les humoristes qui viennent dans le Parlement du rire, la plupart sont de grandes vedettes dans leur propre pays. Mais ils devenaient des inconnus quand ils franchissaient les frontières de leur pays. Grâce au Parlement du rire, ils sont connus dans toute l’Afrique. Le Parlement du rire, c’est un programme qui cartonne sur Canal et donne de la visibilité aux humoristes africains. On en est qu’au début. On a plein de projets pour les humoristes africains. Gohou, Digbeu et moi, on s’est mis ensemble pour faire l’Union des humoristes africains (Uha).»
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here