PARTAGER

Dans ce pays, la pacification de l’école a été toujours un examen très difficile à réussir pour les différents régimes. Le Président Sall veut remettre de l’ordre dans ce grand bazar, qui reste très stratégique pour le développement du pays. Pourtant, on y a investi des milliards, mais on n’a rien prévu pour accueillir ces milliers de bacheliers qui frappent à la porte des universités publiques. Qui étouffent déjà avec le nombre très pléthorique d’étudiants, pris aussi au piège dans des formations très longues et sans qualifications.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here