PARTAGER

Les généraux et les leaders de la contestation ont annoncé mardi 20 août la formation du Conseil souverain qui pilotera la transition soudanaise de trois ans et trois mois.

Cette fois, la transition vers un pouvoir civil est en route au Soudan. Avec deux jours de retard, la liste des onze membres (six civils et cinq militaires) du Conseil souverain a été annoncée par Chamseddine Kabbachi, un porte-parole du Conseil militaire de transition, hier soir dans une allocution télévisée.
Le Conseil souverain sera présidé pendant 21 mois par le général Abdel Fattah al-Burhan, actuel chef du Conseil militaire de transition, qui avait pris les rênes du pays après l’éviction par l’Armée en avril du Président Omar el-Béchir après trois décennies de pouvoir. «Le président du Conseil souverain sera investi demain (mercredi) matin à 11h», a précisé le général Chamseddine Kabbachi.
Comme prévu par l’accord signé samedi entre les militaires et la contestation, le général al-Burhan cédera ensuite la place à un civil pour les 18 mois restants de la transition. Une période de transition qui doit ensuite déboucher sur des élections démocratiques en 2022.
Parmi les civils nommés au Conseil souverain figurent deux femmes, dont une issue de la minorité copte chrétienne du pays.
Le Conseil souverain doit encore confirmer la validation comme Premier ministre le candidat présenté par la contestation, l’économiste Abdalla Hamdok. Celui-ci devra ensuite former un gouvernement dont la composition doit être annoncée le 28 août.
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here