PARTAGER

Le directeur général de la Brm a comparu mardi devant le Tribunal correctionnel pour tentative d’extorsion, faux et usage de faux en écritures privées. Il est poursuivi par son ami Khadim Kébé, par ailleurs fils du richissime Ndiouga Kébé. En fait, ce dernier voulait s’activer dans la construction des bâtiments qu’il compte mettre en location. Après avoir créé sa société Focus, il avait des difficultés pour trouver des financements afin de réaliser ce projet. Ainsi, il s’est approché de la société pour la réalisation de ce projet de construction. Mais la société Sirm lui a demandé de trouver des garanties. C’est ainsi qu’il s’est rapproché de la Brm afin qu’elle lui assure la caution. Ainsi, la société Sirm a levé les fonds auprès de la Brm à hauteur de 5 milliards de francs Cfa. Selon le directeur de la Brm de 2014-2018, il a remis 13 milliards de francs. A l’en croire, la Brm a octroyé des garanties superposées. «Elle s’est d’abord portée garante pour la société Focus et ensuite pour Sirm», a laissé entendre le prévenu, selon qui le plaignant a reçu tous les financements. Mais de l’autre côté, on lui reproche de vouloir se sucrer sur le dos de leur client en récupérant des profits estimés à 800 millions de francs. Devant le juge, il a nié les faits en indiquant que Focus n’avait pas de sous pour réaliser ses projets. Selon les avocats de la partie civile, le prévenu a gagné de l’argent de manière malhonnête sur le dos de  leur client. La défense a réclamé en guise de réparation la somme de 10 milliards de francs. Ce n’est pas l‘avis de l’avocat de la défense qui a démontré que la partie civile n’avait qu’un compte accrédité de 111 mille francs. Ce qui veut dire pour elle que son client ne peut pas être poursuivi pour les faits d’escroquerie encore moins de faux et usage de faux dans un document bancaire. Il a plaidé la relaxe. La décision sera rendue le 22 janvier prochain.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here