PARTAGER

Après lecture de l’interview du Professeur Emmanuel Bassène dans la livraison du journal l’Observateur de ce samedi 23 mai 2020, je fus fort embarrassée. Devons-nous abandonner ce vaillant collègue, se débattre tout seul autour de ce judicieux combat concernant «la valorisation de nos ressources locales en matière de santé» et qu’il mène depuis plusieurs décennies ?
Dans ce contexte si particulier de lutte contre le Covid -19 où personne ne semble vraiment détenir la solution, le moment est peut être venu d’interroger notre patrimoine et nos savoirs endogènes. Pour paraphraser l’éminent Professeur Joseph KI Zerbo, il est largement temps d’arrêter de s’asseoir sur la «natte des autres».
Le Professeur Bassène a parfaitement raison d’évoquer une image à défendre pour le Sénégal. Dans ce domaine précis, on ne peut pas être à la remorque d’autres pays car le Sénégal bénéficie d’un héritage et d’une expérience exceptionnels en la matière !
Et il est légitime de s’interroger sur le blocage du projet de loi relatif à l’exercice de la médecine traditionnelle au Sénégal adopté en Conseil des ministres depuis le 31 mai 2017. Même si on doit cerner les effets néfastes d’un «recours massif et parfois incontrôlé des populations à la médecine et à la pharmacopée traditionnelles» d’une part et de maîtriser la «profusion des guérisseurs» d’autre part, nous devons profiter de la situation pour lancer notre propre industrie pharmaceutique.
En plus, nous n’avons plus le choix car la crise du Covid-19 a bouleversé certains solidarités et partenariats qui s’effritent de jour en jour. Il s’agit de répondre à partir de nos propres ressources, aux défis qui nous interpellent. Nous disposons de savoirs endogènes, d’une recherche empirique, d’une recherche scientifique qui remonte aux années 40.
A l’Institut fondamental d’Afrique noire Cheikh Anta Diop, se trouve le plus ancien herbier d’Afrique francophone, créé depuis 1941. Le département de Botanique avait pour principal objectif, la création d’une banque de toutes les espèces végétales de l’Afrique francophone puis de toute l’Afrique continentale et insulaire ; plus de 60 000 spécimens y sont inventoriés, selon les botanistes.
Des chercheurs de renommée internationale ont séjourné dans cet Institut. On a souvenance de feu le Doyen Ahyi, le botaniste qui parlait aux plantes, des chercheurs de la trempe de Antoine Nongonierma, spécialiste de l’Acacia. On peut aussi évoquer l’apport du géographe Paul Ndiaye qui s’est beaucoup investi dans les Aires protégées du Sénégal. Les plantes poussant dans notre pays ont été décrites de manière détaillée dès 1954 aussi bien sur le plan botanique que chimique, successivement par le Père Berhaut, les Professeurs Joseph Kerharo et J. G. Adam.
Par conséquent, plusieurs strates de savoirs sur les plantes existent dans ce pays. Pourquoi ne nous en servons-nous pas pour résoudre nos problèmes de santé ? Des tentatives n’ont pas manqué et on peut citer par exemple, l’expérience du Professeur Yvette Parès de l’hôpital traditionnel de Keur Massar ou encore celle du Docteur Eric Gbodossou du Centre Malango et des techniciens comme Gaoussou Sambou. Certainement, il en existe beaucoup d’autres ; c’est ainsi que le document de référence élaboré par le Professeur Bassène ajoute à cette liste, le Centre communautaire de technologie appropriée pour la santé de Yeumbel, le Centre de Médecine traditionnelle El Hadj Demba Ba (Gëstu) de Pout, le Centre de Médecine traditionnelle El hadj Malick Sy de Tivaouane, tous des références pour la promotion de la médecine traditionnelle.
Encore une fois, Emmanuel Bassène dans son argumentaire, peut s’appuyer sur l’ancienneté de l’Ecole africaine de médecine et de pharmacie créée dès 1916 et qui deviendra la Faculté de médecine et de pharmacie, en 1962. Dès lors, allons-nous simplement nous contenter de pharmaciens gestionnaires d’officines et non pas de fabricants de produits pharmaceutiques ?
La crise du Covid -19 a largement démontré notre vulnérabilité face à cette option.
Le moment est venu de recenser tous les savoirs endogènes, de les exhumer pour nous prémunir d’un monde très incertain. Plusieurs idées circulent autour des plantes comme le rat, le nger, le nim, le nébéday, le sexaw, l’artémesia, le mbantémare ou autres condiments comme le clou de girofle, l’ail, le miel, etc. Il reviendra aux spécialistes d’étudier les meilleures combinaisons, les dosages pour des remèdes, des molécules à offrir à nos populations souvent désarmées face à la fulgurante de ce Coronavirus.
Il est vrai que lorsqu’on suit un peu les débats en cours, on se rend compte très facilement de la puissance de l’industrie pharmaceutique. Il y a quelques années, j’avais lu un roman fabuleux de John Le Carré intitulé La Constance du Jardinier paru aux Editions Seuil, en 2005. Il s’agit d’un thriller qui tourne autour des pratiques supposées ou réelles des laboratoires pharmaceutiques.
Qu’on ne s’y trompe pas : même pour sauver des vies, des moyens colossaux peuvent être en jeu mais profitons de l’ère des remises en cause, pour nous définir une nouvelle trajectoire et être au rendez-vous du donner et du recevoir, car notre survie en dépend grandement.
A cet effet, ici au Sénégal, mobilisons-nous pour donner des moyens au Professeur Bassène et à tous ceux qui travaillent sur les plantes de notre pays.
Penda MBOW
Historienne

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here