PARTAGER

Les 3 milliards de francs Cfa que l’Etat du Sénégal a mis à la disposition du secteur de la culture, dans le cadre de la riposte contre le Covid-19, ne font pas que des heureux. Les danseurs qui ont reçu une enveloppe de 50 millions ne comprennent pas la modicité de la somme dont le partage donnerait 10 mille francs à chacun des 5 000 membres. Ils se sont réunis hier au centre culturel Blaise Senghor.

Malal Ndiaye.

Les 3 milliards de francs Cfa alloués au secteur de la culture par l’Etat du Sénégal, dans le cadre de l’atténuation des impacts du Covid-19, vont finir par installer le chaos. La répartition de cette manne financière est en effet l’objet de toutes les supputations. Selon le ministère de la Culture et de la communication, le tiers des 3 milliards, soit un milliard, sera alloué à la Sénégalaise des droits d’auteur et droits voisins (Sodav). Les 2 milliards restants devant être repartis entre les différents secteurs des arts. A ce propos, 500 millions sont destinés à la musique, 500 millions au cinéma et à l’audiovisuel, 200 millions pour le livre et l’édition, 182 millions pour le théâtre, 50 millions pour la mode et le stylisme, 20 millions pour le conte et 50 millions pour le secteur de la danse. Dans cette répartition, il est également dit que les centres culturels régionaux recevront 28 millions, à raison de deux millions pour chaque centre régional et les communicateurs traditionnels 100 millions de francs Cfa. Suffisant pour que les danseurs crient au scandale. Réunis hier au centre culturel Blaise Senghor, les acteurs de la danse ont tout simplement décliné les 50 millions qui leur étaient alloués. Gacirah Diagne, Marianne Nioxx, Malal Ndiaye et les autres danseurs sont venus en masse dire leur déception devant ce qu’ils qualifient de manque de respect. «Accepter ces 50 millions, c’est légitimer ce manque de respect», estime un jeune danseur venu montrer son mécontentement. «Par rapport aux chiffres qu’on a dans les 14 régions, c’est très insuffisant parce que 50 millions, si on veut faire le partage entre 5 000 danseurs, c’est 10 mille francs par personne. C’est vrai que le geste est très noble, mais je pense qu’il faut revoir cette somme et que le partage soit équitable», soutient Malal Ndiaye, président de la Fédération nationale de ballet et danse du Sénégal, membre du Comité danse Covid-19. Les danseurs fustigent surtout l’attitude du ministre de la Culture et de la communication dont l’arbitrage n’a pas tenu compte des propositions des uns et des autres. «On ne nous a pas écoutés. On nous a convoqués à une réunion et on nous a dit que c’est comme ça que ça va se passer. On n’a pas eu le temps de donner nos propositions et arguments», se désole M. Ndiaye. «A la réunion, c’est le ministre qui a dit dans son discours que la danse allait recevoir 50 millions. Je lui ai même fait remarquer que nous avions déjà élaboré un rapport, mais voilà», poursuit-il.
En tout cas, les danseurs réunis hier au centre culturel Blaise Senghor n’entendent pas laisser passer. Depuis trois mois qu’il n’y a plus de spectacle, plus de prestation, ces jeunes ont lancé un cri de colère à l’endroit des autorités. «Le ministre n’a jamais eu d’égards pour notre profession. Cette réunion d’aujourd’hui n’est qu’un avertissement. Si les autorités ne nous écoutent pas, nous allons montrer de quoi nous sommes capables. On va faire une grande performance pour montrer notre mécontentement», menace Abdallah, un jeune danseur.
Les 3 milliards que l’Etat a mis à la disposition du secteur des arts sont en passe de créer la division. Si les acteurs ne dénoncent pas l’arbitrage du ministre, ce sont les méthodes de partage qui posent problème au sein des différentes branches de la famille culturelle. Mais pour le ministre Abdoulaye Diop, cité par l’Agence de presse sénégalaise (Aps), «le gouvernement n’a pas pour objectif d’indemniser les acteurs pour les pertes subies à cause de la pandémie de coronavirus». «Il s’agit simplement d’une assistance financière», a-t-il précisé.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here