PARTAGER

En 2009, le Club Med a signé un partenariat avec l’Ong Agrisud, afin qu’elle intervienne autour des villages de la commune de Diembereng, pour structurer et professionnaliser l’offre des petits producteurs de proximité et participer ainsi à leur sortie de la précarité et au soutien de l’économie locale. Agrisud a pour mission principale de lutter contre la pauvreté et de renforcer la sécurité alimentaire à travers la création de petites exploitations agricoles familiales. «L’idée de départ était d’approvisionner le Club Med avec des fruits et légumes produits localement», a soutenu Tiphaine Gualda, responsable de la Fondation Club Med au Sénégal. Ainsi pendant 10 ans, fut mise en place, dans le cadre d’un projet, une stratégie d’engagement en matière d’autonomisation des femmes de Diembereng par le biais d’un programme portant sur des chaines d’approvisionnement en produits locaux. «Les approvisionnements locaux, quasi nuls au départ, représentent aujourd’hui, plus de 25 tonnes de légumes par saison pour un chiffre d’affaires dépassant 14 millions de francs Cfa, soit 21 343 euros», a soutenu le responsable d’Agrisud jeudi dernier, lors de la célébration des 10 ans de partenariat entre sa structure et le Club Med. Des résultats engrangés par le Gie Batiyaye et qui sont le fruit d’une démarche construite avec les différentes parties prenantes ; à savoir le Club Med, la collectivité de Diembereng, le Cpas, les autorités locales et les femmes maraichères. Un groupement de près de 200 femmes qui, par le biais de ce projet de livraison de produits locaux au village touristique, ont pu améliorer leurs revenus par saison. «Ce projet a permis à notre Gie de réaliser son autonomie financière et économique. A la fin de chaque saison, il arrive pour chaque membre de notre structure, d’avoir 600 000 à 700 000 francs Cfa de gain ; ce qui nous permet de subvenir aux besoins scolaires de nos enfants et de soutenir nos ménages», a déclaré Aïssatou Badji, présidente du Gie Batiyaye, qui s’active dans le maraîchage. Et pour qui ce partenariat entre Agrisud et le Club Med a beaucoup apporté aux femmes du terroir en termes de formation et d’autonomisation, mais aussi et surtout de contribution au développement local.
Magnifiant tout cela, l’autorité sous-préfectorale de Cabrousse, Cheikh Gningue, estime que le Club Med, à travers ce partenariat, a su mesurer sa responsabilité en tant qu’entreprise. «Votre ouverture aux différents segments de la communauté, notamment les maraichers, les artisans et les enfants a fini de vous hisser au rang des établissements de référence en matière de citoyenneté», a-t-il indiqué. Le sous-préfet de Cabrousse a en outre, exhorté les femmes, qui ont déjà consenti maints sacrifices, à donner le meilleur d’elles-mêmes pour garder précieusement, ce partenariat fécond et jouer pleinement leur partition au développement économique et social de leur terroir dans le cadre de ce projet. Un projet qui, de l’avis de la responsable de la Fondation Club Med, bénéficie à peu près à 1050 personnes et à des familles. Et si c’est au Cap Skirring que ce projet a été initié pour la première fois, aujourd’hui, il est présent, selon Tiphaine Gualda, à travers 6 pays à travers le monde ; notamment au Sénégal, en Chine, au Brésil, en Indonésie, au Maroc et à l’île Maurice. Et ce, grâce, a-t-elle soutenu, à l’investissement et au courage des femmes de Diembereng qui ont montré que ce projet pouvait être mis en œuvre. Tout comme Tiphaine Gualda qui a plaidé pour une pérennisation de ce partenariat au profit des femmes maraichères et la diversification de variétés au niveau des blocs maraichers, Philipe Vaissière du Club Med s’est réjoui que près de 200 femmes et leurs familles ne soient plus aujourd’hui dépendantes de dons ou de subventions. «Grace aux efforts combinés de tous, vous pouvez vivre et faire vivre vos familles», a-t-il clamé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here