PARTAGER

La visite que le ministre de la Culture et de la communication, Abdoulaye Diop, a rendue aux grands artistes de ce pays, Youssou Ndour, Baba Maal, Ismaela Lô, Thione Seck et Omar Pène, a suscité quelques interrogations chez les autres musiciens dont El Hadji Faye. L’auteur de «Samina» demande un traitement équitable pour tous. Il déplore en outre la lenteur notée dans la distribution du fonds que la Sénégalaise des droits d’auteur (Sodav) a décidé de mettre à la disposition de ses sociétaires.

Désirant s’enquérir de la situation des artistes, le ministre de la Culture et de la communication, Abdoulaye Diop, avait rendu visite aux plus grands artistes de ce pays. Tour à tour, Youssou Ndour, Ismaela Lô, Baba Maal, Omar Pène et Thione Seck avaient reçu l’autorité. Ce dernier avait même saisi l’occasion pour exhiber ses factures d’électricité impayées. Aujourd’hui, les autres artistes manifestent leur frustration. Parmi eux, El Hadji Faye qui affiche son désaccord par rapport à la démarche entreprise par le  ministre de la Culture, Abdoulaye Diop, qui, selon lui, a choisi de rendre visite à certains artistes en zappant les autres. «Le ministre de la Culture doit mettre les artistes au même pied. Nous sommes tous des citoyens. Je fais partie des pionniers de la musique. J’ai joué un rôle prépondérant dans son développement  en faisant partie de ceux qui ont  construit les fondements de son émergence», fait savoir le chanteur. «Ce que le ministre de la Communication a fait n’est pas normal. Ces artistes sont plus nantis que nous. Il y a des artistes qui ont du mal à se mettre quelque chose sous la dent », s’emporte l’artiste chanteur qui plaide en faveur des «cinéastes, des peintres et  des danseurs» en disant qu’il ne faut pas oublier qu’ils font partie des acteurs culturels qui devraient être pris en compte dans la distribution des fonds de soutien.

Lenteur dans la distribution
Dans ce contexte très éprouvant pour les artistes, la Sénégalaise des droits d’auteurs (Sodav) n’a pas hésité à décaisser un fonds de 120 millions de nos francs pour venir en aide aux acteurs culturels  impactés par le Covid-19. Mais depuis que ce fonds est annoncé, El Hadji Faye, s’impatiente. L’artiste dit n’avoir pas vu la couleur de cet argent depuis l’annonce de la mise en place de ce fonds annoncé en grande pompe. C’est sous ce rapport qu’il intervient pour demander que le processus de distribution de ce fonds soit accéléré par la Sodav pour que les artistes puissent en disposer le plus rapidement possible.  Et ce, après avoir souscrit aux conditions d’usage comme l’a demandé la Sodav.  «La Sodav avait demandé de  laisser nos numéros de téléphone à  son secrétariat. Après s’y être plié, nous sommes toujours dans l’attente de recevoir notre part de cet argent. Depuis lors, il n’y a pas de retour d’information après une promesse  de la Sodav de nous contacter. En cette période de pandémie où personne n’est épargné par la crise, le mieux est de donner l’aide le plus rapidement possible aux ayants droit. Ça commence à durer, la Sodav doit faire vite», déclare l’auteur de Samina qui se dit sous la menace d’une expulsion. «Les propriétaires de maisons doivent comprendre que tout le monde est dans le dur. Même ceux qui ont un emploi n’arrivent plus à joindre les deux bouts à plus forte raison les artistes-chanteurs qui ne vivent que de leur art», dit-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here