PARTAGER

Il parcourt le monde en montrant son savoir-faire. La magie, semble-t-il, n’a plus de secret pour Babou Niang. Hier, il a fait face à la presse en levant un coin du voile sur ce qui attend le public au Grand théâtre samedi prochain à 15 heures.

«Soyez polis et courtois messieurs les journalistes car vous avez en face de vous le plus grand sorcier de l’Afrique». Cette phrase du chiromancien malien Babou Niang a rendu hagards les journalistes venus voir «la démystification de la sorcellerie». Les questions ont été plus soignées que d’habitude, frôlant même parfois le ridicule. A la place d’une démonstration, Babou Niang a envoyé l’un de ses élèves marcher, pieds nus, sur des tessons de verre sans qu’il en tire la moindre blessure. Avant de se frotter le bras avec un couteau, là aussi sans se blesser. Mais ce ne sera que partie remise.
En effet, «le plus grand sorcier de l’Afrique» animera sa 403ème conférence au Grand théâtre samedi prochain à 15 heures. Il promet de se mettre en scène «pour la préservation de nos valeurs sociétale». De cette conférence de presse avec le «professeur Niang», on retiendra qu’il existe 4 genres de magie. La blanche : qui est basée sur la rapidité. En réalité, c’est de l’illusion. Le magicien ou «doorkat» est une personne intelligente qui utilise la rapidité pour flouer les spectateurs. Jeu de cartes en main,  Babou Niang a démontré comment ces illusionnistes font leur arnaque. «90% des Doorkat l’utilisent. Ils n’ont pas de secret, ils sont juste intelligents», dira M. Niang tout en promettant d’y revenir dans les détails lors de sa conférence de samedi.
Il existe aussi une magie qualifiée de noire. «Elle est interdite par toutes les religions. C’est l’évocation du diable. Ce sont eux qui, à l’approche d’élections, demandent aux politiques de sacrifier une partie d’un corps humain», explique le sorcier. Contrairement à la magie noire, la rouge, dite celle de l’Afrique s’inspire «du secret des plantes et des animaux. Car chaque personne a son protecteur. Chaque plante soigne une maladie», a-t-il expliqué. Et pour finir, la magie moderne est définie comme une télépathie, sans pour autant entrer dans les détails. «Samedi je vais rentrer dans les détails», a déclaré celui qui se définit avec modestie «le chef suprême de la magie africaine». Il est à noter que Babou Niang est «sorti de la maison des 77 secrets de la magie noire de Bombay».
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here