PARTAGER

Entre caprices de star et refus d’honorer son contrat avec Defko Africa, Dj Arafat a laissé aux Sénégalais une bien mauvaise image de sa personne. L’artiste dont le comportement a généré un bad buzz, au point de semer le doute chez ses fans, a refusé de jouer samedi à la Place du Souvenir, exigeant le versement de l’intégralité de son cachet. Une «pratique qui doit cesser», selon le Directeur général de Defko Africa. Qui a porté plainte et réclame un remboursement.

Après son contentieux avec son poulain Ariel qu’il aurait licencié, fermé sa page YouTube et débarqué chez lui avec des gendarmes pour saisir le matériel d’enregistrement ; sa performance au Bataclan de Paris où on dit qu’il aurait «tapé poteau», Dj Arafat continue de se «décaler» de la scène musicale.
Devant prester samedi dernier à la Place du Souvenir, l’artiste n’a rien trouvé de mieux, pour ne pas monter sur scène, que le prétexte qu’il n’aurait pas reçu l’intégralité de son cachet. Une situation prévisible au regard des caprices de l’artiste avant l’évènement. En effet, la traditionnelle conférence de presse avant le spectacle avait été reportée à deux reprises avant que les organisateurs ne décident de la tenir sans lui. Prétextant une blessure au pied l’empêchant de prendre l’avion, Dj Arafat ne débarquera à Dakar que 3 heures  avant le spectacle, alors qu’il devait être présent  2 jours avant, faussant ainsi le plan de communication. Mais après tout ça, l’artiste s’étonnera de ne pas voir beaucoup de monde à son concert.
C’est ainsi qu’il a refusé de monter sur scène pour faire son travail devant, selon ses dires, «50 personnes». Une situation qui a contraint les organisateurs à saisir la justice pour non-respect du contrat. A cet effet, dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, comme d’habitude, Dj Arafat, verre d’alcool à la main, a donné sa version des faits. «Etre numéro 1 c’est comme parce que tout le monde s’acharne et beaucoup veulent que l’influent tombe», a-t-il dit. Pour l’artiste ivoirien, c’est le manque de professionnalisme des organisateurs, qui ont choisi la même date que Waly Seck et qui n’ont pas bien communiqué. Ce que réfute le Directeur général de Defko Africa.
Oumar Kandé précise que «Dj Arafat voulait recevoir l’intégralité de son cachet avant de monter sur scène». Or, renseigne le promoteur, il était convenu avec son manager de «défalquer les frais occasionnés sur son reliquat». Les dépenses étant : un billet business class Abidjan-Dakar-Abidjan pour le jeudi annulé, un autre pour le vendredi matin, des pénalités pour le changer et une suite dans un grand hôtel de la place pour 4 jours. Ce que Arafat n’a pas accepté. Devant le fait accompli, le promoteur a essayé de réunir les 6 millions restants pour sauver le spectacle. Malgré tout cela, Dj Arafat a refusé d’honorer ses engagements. Ainsi les 32 millions que la structure a investi dans l’évènement ne seront pas amortis. C’est pourquoi l’artiste a été assigné à rembourser «l’avance de 50% qu’il a perçue, les dépenses occasionnées, le manque à gagner et le remboursement des billets».
Pour Oumar Kandé, Dj Arafat est «coutumier des faits. On a des images qui attestent que l’artiste, qui disait souffrir d’une blessure au pied, avait passé la nuit du jeudi en boite de nuit. On avait organisé l’année passée un concert où il avait attendu la dernière minute pour exiger une rallonge de son cachet, chose que nous avons acceptée. Mais cette pratique en affaires doit cesser. C’est pourquoi nous l’avons assigné à rembourser. On ne lui a pas interdit de quitter le territoire, contrairement à ce qui a été dit. D’ailleurs, il parait qu’il va jouer mercredi dans une boite ici à Dakar».
Pour sa défense, Arafat se dit conscient de «son influence» et a «les moyens de sa politique». Pour l’artiste, «les gens qui parlent, (sont) une bande de rageux. Le promoteur n’a même pas réglé la facture de mon hôtel. Dimanche, j’ai payé 480 mille pour 2 chambres. C’est moi qui ai payé les billets d’avion. Tu n’as pas l’argent et tu fais venir Arafat. Je suis un être humain, si tu es bien avec moi, je suis bien avec toi. C’est vrai, Dieu a dit de donner l’autre joue si on te gifle, mais moi je ne vais pas accepter d’être giflé et tendre l’autre joue. Je vais m’installer à Dakar parce que j’aime le Sénégal. En 2018, après mon concert à Abidjan, je vais venir m’installer ici». D’ici cette date, s’il ne revoit pas son comportement, rien ne dit que ce n‘est pas la teranga des geôles sénégalaises qu’il risque de goûter.
mgaye@lequotidien.sn  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here