PARTAGER

L’humoriste sénégalais d’origine libanaise, en prélude à son prochain spectacle, a été, une fois de plus, en butte à la récurrente question de l’absence d’humoriste sénégalais sur son plateau.

Pour répondre à la question de l’absence d’artiste sénégalais sur les plateaux du festival international de rire à Dakar, Yass a remarqué qu’il n’y a malheureusement pas d’humoriste sénégalais francophone à Dakar. « On me pose chaque année la même question, malheureusement chaque année, je suis obligé de répéter la même chose. Il n’y a pas d’humoriste sénégalais francophone, il n’y en pas et je n’en connais pas. Si vous connaissez un humoriste sénégalais francophone, je cours pour le mettre sur le plateau des Doff du rire». Pour Yass, c’est bien malheureux, vu qu’il veut bien donner leur chance aux humoristes sénégalais francophones, mais le problème c’est qu’il n’en trouve pas au Sénégal.
«A la 3ème édition, il y avait Youssoupha Diaby, un artiste sénégalais mais qui est né en France et a grandi là-bas. Je compte aussi produire Ahmed Sylla, lui aussi est né en France et a grandi là-bas. Il n’y en a vraiment pas en francophone ». Pour montrer sa bonne foi, Yass confie qu’il a joué la semaine dernière avec Kouthia au Grand théâtre, résultat : «Il a fait 30 minutes en wolof. Or le public qui vient nous voir, c’est un public 100% francophone. Je ne peux pas me permettre».  Pour étayer ses propos, Yass soutient que même Mamane a fait la même remarque. «Oualas qui  va jouer pour la 3ème fois au Parlement du rire avec Mamane, me disait la semaine dernière une chose hyper vraie. Sur ce Parlement du rire, il y a des Burkinabè, des Guinéens, des Gabonais, des Congolais, des Camerounais, mais pas de Sénégalais. On a posé à Mamane la question qui a dit «Je rêverais d’avoir un Sénégalais sur le plateau mais en francophone, il n’y en a pas»», rapporte-t-il soulignant que ça l’arrangerait même d’avoir des Sénégalais sur son plateau. « D’abord parce que ça attirerait les Sénégalais et je n’aurais même pas besoin de payer un billet d’avion». Yass adorerait en avoir donc, mais à défaut il se contente d’être le seul Sénégalais de son festival et se dit fier. «Je suis né au Sénégal, je suis Sénégalais.».
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here