PARTAGER

Les conducteurs de deux-roues s’identifient à la famille des sports mécaniques. Mais ces temps-ci, ils n‘ont pas bonne presse. Une mauvaise image leur colle à la peau depuis qu’on associe leur nom à des scènes d’agression dont souvent sont victimes des citoyens un peu partout.
Maguette Guèye, co-fondateur de «Prestige car rapide», a profité de la fête du 1er mai pour organiser une manifestation sportive en montrant comment se déroule une course moto tout en mettant l’accent sur la sensibilisation à combattre le fléau des agressions par les deux-roues, en se faisant immatriculer et en disposant d’un permis de conduire.
«On les sensibilise pour qu’on puisse les recenser, les identifier. Les deux-roues n’ont pas une bonne réputation au Sénégal. C’est ce qui me fait mal. Je suis conducteur de deux-roues. Quand on parle d’eux, on pense aux agressions. Il est possible d’enlever cette image en sensibilisant les jeunes. Quand on les identifie, les malfaiteurs ne pourront plus se mélanger à nous», a indiqué M. Guèye qui souligne que l’autre démarche entreprise est de faire savoir «aux usagers qu’il y a un circuit où on vient avec un équipement complet pour s’épanouir».
Se projetant vers la 4e édition de «Max deux-roues» qui se tiendra le 7 juillet prochain à Sindia, Maguette Guèye souligne que les efforts consentis pour faire évoluer les courses motos commencent à porter leurs fruits.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here