PARTAGER

La ville de Dakar doit avoir un statut particulier. Cette proposition de la présidente du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), Aminata Mbengue Ndiaye, ne finit pas de soulever des réactions. Mais certains pensent que ce statut suggèrerait aussi la nomination du maire par le président de la République. «Cette idée saugrenue, antidémocratique et liberticide, à l’image du parrainage imposé lors de la dernière élection présidentielle, illustre le recul démocratique que le Sénégal connaît depuis quelques années avec la volonté hégémonique de Macky Sall de réduire l’opposition à sa plus simple expression. Elle nous renvoie dans un passé révolu où la démocratie sénégalaise était encore infantile et la décentralisation balbutiante», a dénoncé Initiative démocratique pour l’équité/And liggey Sénégal (Idéal). Dans un communiqué, ce mouvement estime que «ce projet qui manque de sens» est une «violation flagrante» du principe de libre administration des collectivités territoriales proclamé par l’article 102 de la Constitution, révisée par référendum populaire en 2016. Mohamed Ayib Daffé et ses camarades rappellent que la loi dispose que les collectivités territoriales «s’administrent librement par des assemblées élues au suffrage universel direct». Pour que ce projet passe, souligne le mouvement Idéal, il faudra réviser une fois de plus, «inutilement», la Constitution ou enlever à la ville de Dakar son statut de collectivité territoriale. Ainsi, les membres dudit mouvement appellent les citoyens à «user de tous les moyens légaux nécessaires pour s’opposer fermement à cette tentative qui va priver les Dakarois de leur droit constitutionnel de participer à la gestion des affaires publiques».
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here