PARTAGER

En matière de pêcherie, le Sénégal veut se conformer aux standards édictés par l’Organisa­tion mondiale du commerce (Omc). Pour ce faire, le pays avait demandé et obtenu une assistance de l’Union européenne sur la question des subventions aux pêcheries dans le cadre du programme TradecomII Acp-Ue. Cette étude lancée depuis octobre 2017 avec d’autres composantes du même programme est dans sa phase finale.
Il s’est agi dans un premier temps d’évaluer les subventions aux pêcheries du Sénégal par rapport à leur conformité et leur cohérence avec les négociations qui se poursuivent à l’Organisation mondiale du commerce (Omc) sur le règlement de la subvention aux pêcheries. L’idée, indique Pape Gora Ndiaye, économiste des pêches et expert en subvention des pêcheries, c’est de dégager des positions de négociation du Sénégal à l’Omc en tenant compte de son rôle de leadership par rapport au groupe des Pays les moins avancés (Pma) et des Acp.
«Il s’agit de voir si nos subventions en matière de pêche sont légales, mais aussi si ce que font les autres pays est légal», a expliqué hier Aminata Assom Diatta, directrice du Commerce extérieur, à l’atelier de restitution des quatre composantes du projet Trade­comII.
Selon Pape Gora Ndiaye, responsable de la composante 2, précisément l’analyse des subventions aux pêcheries et ajustement du Sénégal aux règles et politiques de l’Omc, cette étude en cours, dont les résultats finaux sortiront en fin de semaine, va servir au Sénégal non seulement d’évaluer les subventions aux pêcheries, mais aussi d’affiner les positions pour les négociations commerciales du Sénégal dans le cadre de la prochaine conférence ministérielle de l’Omc.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here