PARTAGER

Le président de la République reçoit aujourd’hui l’Unacois. Macky Sall va s’entretenir avec l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal sur l’incendie du marché Ndoumbé Diop  survenu le 15 juillet passé. Dans la délégation, il y aura le président Alioune Faye de Diourbel.  D’importants dégâts matériels chiffrés à plus de deux milliards ont été dénombrés. Environ 300 cantines ont été ravagées par le feu dont l’origine reste un mystère jusqu’à présent. Après ce drame, le ministre du Commerce, Alioune Sarr, a présidé dans la capitale du Baol, un Comité régional de développement axé sur la réhabilitation du marché Ndoumbé Diop. Le ministre du Commerce disait à l’époque : «Les Diourbellois auront un marché réhabilité dans quatre mois exactement. L’Agetip est en mission commandée. Il faut une diligence dans les travaux, associer les forces de défense et de sécurité.  Faire une délibération immédiate pour que lors de la loi des finances rectificative que le problème soit réglé. En ce qui concerne la Sde et la Senelec, vous devez être sur place et non attendre qu’on vienne vers vous. Il faut être diligent. Débranchez ceux qui sont clandestins. Ce n’est pas normal que dans Diourbel, il n’y ait qu’une seule potence.»  A la suite de cette mission, un Comité régional de validation des plans de réhabilitation de la partie incendiée du marché s’est tenu le mardi dernier à la gouvernance de Diourbel.  Au cours des discussions, l’Agetip a confié que 108 cantines seront construites, en plus de 320 autres cantines situées à côté du hangar aux poissons. Il y aura aussi un R+1 avec toutes les commodités en plus du bureau du délégué du marché. Au cours de cette rencontre, les sapeurs ont fustigé l’attitude de l’Agetip qui n’a pas respecté les directives du ministre qui leur avait demandé d’impliquer toutes les parties dans la confection du plan, ce qui permettrait de prendre en charge leurs préoccupations. D’ailleurs pour les sapeurs, il faut des bouches d’incendie, des voies d’accès au marché  et des voies de passage. Ce que l’Agetip  a compris et a laissé entendre que c’est seulement un avant-projet et que les préoccupations de l’ensemble des parties seront prises en compte.
A Diourbel, les commerçants avaient aussi souhaité que la jurisprudence de Sandaga leur soit appliquée, c’est-à-dire remettre un fonds qui pourrait leur servir de garantie dans les banques de la place. D’ailleurs, lors du passage de la tête de liste de Benno à Diourbel, un commerçant disait ceci : «J’ai perdu environ 25 millions. Nous demandons à l’Etat d’intervenir au niveau des banques qui nous avaient prêté de l’argent, parce que nous avons tout perdu. Il nous sera difficile de respecter maintenant les échéances.»
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here