PARTAGER

Supprimer les risques de conflit liés à l’exploitation des ressources naturelles, en vulgarisant les principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme. C’est le souhait de la Direction des mines et de la géologie.

Le Sénégal a donné dans son Code minier une place importante aux droits de l’Homme en déclarant les ressources naturelles une propriété publique. C’est fort de ce constat que la Direction des mines et de la géologie (Dmg), en partenariat avec la représentation diplomatique suisse à Dakar, a organisé hier, un atelier de sensibilisation et de partage sur les principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises. L’objectif est de fournir des informations nécessaires à l’application de ces principes directeurs aux entreprises œuvrant dans le secteur minier au Sénégal. Avec les récentes découvertes, le pays attend supprimer tous les risques de conflit liés à l’extraction de ces ressources.
Pour l’ambassadrice de Suisse au Sénégal, ces questions sont importantes. Bien que n’ayant pas de ressources minières, la Suisse a sur son sol des entreprises qui s’affairent dans ce domaine. Elle entend leur faire respecter les droits de l’Homme. «Mon pays accueille le siège de quelques-unes des plus grandes sociétés internationales. Or, ces entreprises sont tenues au respect de la législation des pays dans lesquels elles opèrent, y compris du point de vue des droits de l’Homme et de l’environnement», déclare Schmidt Tartagli.
Le président du comité sénégalais des droits de l’Homme enseigne que «l’histoire de l’humanité regorge de catastrophes imputables aux activités industrielles et minières qui ont engendré un certain nombre de conséquences négatives sur l’exercice effectif et la jouissance réelle des droits des populations des zones d’implantation de sites d’exploitation industrielle». Me Pape Séne voit d’un très bon œil ces principes directeurs pour la prévention des risques liés à ce secteur.
Il est du devoir de chaque Etat dans le monde de veiller à la protection des droits de l’Homme. Seulement, ce combat n’est pas exclusivement réservé qu’aux Etats. D’autres acteurs y ont également un rôle à jouer. C’est dans ce sens qu’il a été adopté les principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’Hom­me. L’objectif desdits principes con­siste à combler les lacunes de gouvernance en matière de protection des droits de l’Homme à la suite  d’abus commis par des entreprises…
 mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here