PARTAGER

Si la suppression des cinq villes est actée, on ne parlera plus de maire de Dakar. Pour Abdoulaye Diouf Sarr, qui va dans le sens de Omar Guèye, «le plus important n’est pas dans l’appellation mais dans le contenu» qu’on y mettra.

La déclaration de Omar Guèye semble être un plat déjà passé à la cuisine. Le ministre des Collectivités territoriales, du développement et de l’aménagement du territoire a annoncé au Jury du dimanche de I-radio la suppression envisagée des villes de Dakar, Pikine, Guédia­waye, Rufisque et Thiès pour être «conforme» au Code général des collectivités locales. On ne parlerait plus de maire de Dakar, par exemple, mais de président du Conseil départemental. «Logi­que­ment, si l’on s’en tient au Code général des collectivités territoriales, il y aura un département collectivités territoriales à Dakar et les 19 communes. La ville n’a pas sa raison d’être, et s’il n’y a plus de ville, il n’y aura plus de maire de ville», a précisé Omar Guèye. Si le camp de Khalifa Sall, qui s’est senti visé, parle de «manœuvres politiciennes», Abdoulaye Diouf Sarr, lui, le voit autrement. «Le plus important, ce n’est pas l’appellation mais plutôt le contenu. Si dans le contenu de ce qui sera mis en place, Dakar y trouve ses intérêts en termes de satisfaction des populations, je pense qu’il faut plus regarder le fond plutôt qu’apprécier les questions d’appellations, des questions de forme», a soutenu le maire de Yoff, hier en marge de la visite de chantiers du ministre du Dévelop­pement communautaire, de l’équité sociale et territoriale dans le cadre de la réalisation des travaux du programme Promovilles.
Babacar Thioye Ba estime que le porte-parole du gouvernement se cachait «derrière de fausses justifications et des arguments sans fondement textuel pour préparer et manipuler l’opinion à un recul démocratique et à une régression de notre politique de décentralisation». Mais surtout, ajoute ce proche de Khalifa Sall, Omar Guèye fait de la «désinformation pour justifier des manœuvres politiciennes, une nouvelle manipulation des textes sur la décentralisation et un déni de démocratie». Apparemment, cette suppression des cinq villes collectivités territoriales est prise très au sérieux par le pouvoir qui semble d’ailleurs lier la tenue des Locales à sa réalisation.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here