PARTAGER

Face à la presse hier, à l’Assemblée nationale, Me El Hadji a fourni ses preuves de «surfacturation» de la société Expert auto, en charge de l’entretien des véhicules des députés.

Me El Hadji Diouf est catégorique : il y a des «magouilles» dans l’entretien des véhicules des députés. Excédé par le démenti de Awa Niang, 2ème questeur de l’Assemblée nationale qui a juré que la vidange des voitures est comprise entre 21 mille et 53 mille francs, l’avocat est revenu à la charge hier. Documents à l’appui, le député non inscrit a montré à la presse des copies de factures datées de mars, mai et juin 2016. «Ma­dame le questeur a dit que la vidange simple est de 21 mille francs et que la vidange complète est de 53 mille. Alors qu’ici, il n’y a pas de vidange de moins de 128 mille et ça peut aller jusqu’à 180 mille», dit-il, emmitouflé dans un basin jaune poussin, le tempérament surchauffé.
Pour les pneus qui lui sont facturés à plus de 800 mille francs, Me Diouf dit avoir mené une enquête auprès de la Cfao pour faire une comparaison avec la société Expert auto, entreprise en charge de l’entretien des voitures à l’Assemblée nationale. «Je suis allé à la société Cfao pour leur demander le prix de leurs pneus. Ils m’ont donné un pro-forma où il est inscrit que 4 pneus valent 521 mille 400 francs Ttc. Au même moment, Expert auto nous facture 800 mille francs. C’est 300 mille francs de différence. C’est du détournement», alerte-t-il, rappelant que «curieusement» la société incriminée a été «créée après l’installation de l’actuelle Législature». S’agissant des plaquettes des freins de véhicule, le député constate également une «surfacturation démesurée». «Les plaquettes de freins n’atteignent pas 100 mille francs. D’aucuns m’ont dit 40 mille francs et d’autres parlent de 60 mille francs. La société Expert auto le fait aux députés à 358 mille 873 francs. C’est énorme», fulmine Me El Hadji Diouf.
A la lumière de ces révélations, le député sortant estime que «Expert auto a été créée pour détourner l’argent de l’As­semblée nationale». Inter­pellé sur le contexte de ces dénonciations, jugé douteux par certains, l’avocat rétorque qu’il a attendu la fin du mandat de la Lé­gislature pour faire un bilan. Pour rompre avec ces pratiques, il invite les Sénégalais à voter pour la coalition Leeral qu’il dirigera lors des élections législatives du 30 juillet.

Traitement du président du groupe de Bby : «Moustapha Diakhaté a 5 millions de fonds politiques» 

«Moustapha Diakhaté a 5 millions de fonds politiques. Il a 5 millions hors salaire. Au total, ça lui fait 9 millions à la fin du mois. Le président du groupe parlementaire de la minorité a moins, mais avec quelques millions de différence. Personne n’en parle parce que ce n’est pas écrit. J’ai fait une enquête pour savoir tout cela. L’Ige, l’Armp, la Cour des comptes doivent venir ici. On leur refuse l’accès à l’Assemblée nationale. Tous les membres du Bureau ont un million de plus que les autres députés à la fin du mois».

bgdiop@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. Derrière une vérité, une révélation, un silence, le plus important c’est la motivation et l’intention qu’ils véhiculent, ici de façon transparente et limpide : la méchanceté, l’intention de nuire en cette période des grand choix.La méchanceté c’est du venin qui coule dans les veines de la personne me – et elle ne s’en rend pas compte cette mauvaiseté ne rendra malheureux que celui qui l’éprouve c’est du datura qui n’empoisonne que celui qui la distille –

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here