PARTAGER

L’affaire dite de la mention «Sonko Président» sur les copies des élèves de Seconde du lycée Ahoune Sané de Bignona qui avait défrayé la chronique dans un contexte pré-électoral vient de trouver son épilogue, suite à la levée hier de la sanction, par l’inspecteur d’académie de Ziguinchor, infligée aux responsables incriminés dans ladite affaire

Coup de tonnerre hier au lycée Ahoune Sané de Bignona. L’Inspecteur d’académie (Ia) de Ziguinchor a décidé de lever la sanction infligée aux trois principaux responsables de cet établissement, suite à l’affaire dite de la mention «Sonko Prési­dent» sur les copies des élèves de Seconde du lycée Ahoune Sané de Bignona qui avait défrayé en février dernier la chronique dans un contexte pré-électoral. Une mesure saluée par la communauté éducative de Bignona dont notamment le G6, regroupement de syndicats d’enseignants, qui invite par la même occasion les acteurs à faire en sorte que ce genre de situations ne se reproduise plus dans cette région qui est dans une phase de rattrapage d’un retard dû à plusieurs facteurs.
«Cette mesure de l’Ia est venue lever une autre mesure qui frappait les responsables du lycée Ahoune Sané. Et c’est le meilleur cadeau que l’Ia pouvait donner à la communauté éducative de la région en ce mois béni de Ramadan», s’est d’ailleurs réjoui Yancouba Badji, coordonnateur départemental du G6 de Bignona. Pour ce dernier, c’est une mesure qui tourne définitivement la page de l’affaire dite de Ahoune Sané et qui permet du coup aux enseignants et acteurs de s’orienter résolument vers l’organisation des examens de fin d’année scolaire. M. Badji a ainsi remercié toutes les bonnes volontés qui ont œuvré pour une issue heureuse de cette affaire. Il souhaite par ailleurs que le secteur éducatif retrouve, selon lui, sa stabilité.
Cette affaire à forts relents politico-judiciaires avait perturbé en février et mars derniers le bon fonctionnement du système éducatif dans la commune de Bigno­na avec des grèves cy­cliques décrétées par les élèves du lycée Ahoune Sané. Et ce, suite à la sanction infligée au proviseur, au censeur et au surveillant dudit établissement par l’Ia de Ziguin­chor. Une affaire qui avait fini d’ailleurs de susciter l’ire des enseignants du G6 qui s’étaient à l’époque démarqués de cette inclusion qui constitue, d’après eux, une violation grave du code de déontologie et des règles d’éthique qui régissent le fonctionnement des établissements scolaires.
Ces professeurs avaient, en outre, exigé l’éclatement de la vérité et saisi leurs syndicats pour une plainte pour «faux et usage de faux, falsification de preuves et entrave à une enquête en cours».
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here