PARTAGER
Amadou Ba, leader de l’Apr aux Parcelles.

Les voyagistes privés sénégalais devront prendre leur mal en patience à propos de l’organisation du pèlerinage à la Mecque. La note adressée aux autorités sénégalaises par leurs homologues saoudiennes leur demandant de surseoir à l’organisation de cet évènement religieux, suite à la propagation du Covid-19, est à la base de cette situation. Ainsi, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur a tenu hier une réunion avec les voyagistes privés, en présence de ses collègues de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, et de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, et de l’ambassadeur de l’Arabie Saoudite au Sénégal, pour livrer une déclaration portant sur la Oumra et le Hajj de cette année.
Au cours de son speech, Amadou Ba dira : «Il ne sera pas possible à nos compatriotes et pour les fidèles des autres pays d’effectuer la Oumra et d’aller en Arabie Saoudite pendant le Ramadan qui débutera en fin avril.» A l’attention de ses interlocuteurs, le chef de la diplomatie sénégalaise informe de l’existence d’une «note verbale, transmise (par l’Arabie saoudite) au gouvernement du Sénégal dans le sens de bien vouloir surseoir à tout engagement concernant l’organisation du pèlerinage 2020 jusqu’à ce que la trajectoire du Covid-19 soit appréhendée». «Le gouvernement du Sénégal, après avoir reçu cette note, a immédiatement donné instruction à la délégation au pèlerinage, de se conformer à la demande de l’Arabie Saoudite», fait savoir Amadou Ba. Le gouvernement compte redonner le signal aux voyagistes privés le moment opportun.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here