PARTAGER

La caution, le parrainage et le bulletin unique constituent les points de divergence entre les différentes parties prenantes au dialogue politique. Le président du Cadre de concertation sur le processus électoral a décidé, en conséquence, de suspendre les travaux «jusqu’à nouvel ordre».

Trêve forcée pour les travaux du Cadre de concertation sur le processus. Les discussions ont été suspendues hier à cause de nombreux désaccords. Sur la table des négociations, la majorité, le pôle de l’opposition et les non-alignés ont buté sur la caution, le parrainage et le bulletin unique. Le président dudit cadre, Saïdou Nourou Ba, qui a constaté l’inflexibilité des différents protagonistes, a ordonné l’arrêt des travaux «jusqu’à nouvel ordre». C’est déjà mal parti pour ces concertations qui devaient durer une dizaine de jours. «Les réunions passées, nous avions mis trop de temps sur les différentes questions. Nous avions voulu au départ suspendre notre participation. La majorité nous avait dit qu’elle allait faire d’autres propositions pour que nous parvenions à des accords. Main­tenant, elle fait du dilatoire», déplore Déthié Faye, plénipotentiaire du pôle des non-alignés.

Caution : la majorité veut 65 millions, les autres la moitié
Elle est l’un des facteurs du blocage. La majorité veut maintenir haut la barre. Elle n’envisage pas pour le moment moins de 65 millions comme c’est le cas depuis 2011. L’opposition et le pôle des non-alignés veulent plutôt la réduction de la caution pour la Présidentielle à moitié, soit près de 30 millions de F Cfa. Ils estiment que la caution au Sénégal est l’une des plus élevées en Afrique. Leur argumentaire : «Fixer une caution élevée est une manière très maladroite qui va pousser les gens à aller chercher de l’argent douteux qui peut remettre en cause notre souveraineté.»

La majorité veut le parrainage pour tous
Les différentes parties ne sont également pas tombées d’accord sur cette question. La majorité campe sur sa position. «Con­cernant le parrainage, elle veut que tous les candidats, même s’ils sont investis lors d’un congrès, se comportent comme un candidat indépendant», révèle Dethié Faye. Selon lui, ce système «viole l’esprit» de la dernière révision constitutionnelle qui ne portait pas sur l’élection présidentielle, mais sur les élections législatives et locales pour les candidatures indépendantes.

L’impossible bulletin unique
Concernant le bulletin unique, le pôle des non-alignés estime que la majorité a des appréhensions. «La société civile et la Cena avaient proposé qu’on mette en place une commission scientifique qui va étudier tous les problèmes liés à l’utilisation du bulletin unique et qui sont soulevés par la majorité», ajoute le plénipotentiaire du pôle des non-alignés. Selon M. Faye, leur position dépendra des conclusions des travaux de cette commission.
Seydou Nourou Ba a un autre pain sur la planche. En effet, cette «suspension jusqu’à nouvel ordre» s’ajoute à la difficulté du Cadre de concertation de ramener l’opposition boycotteuse à la table du dialogue. Si les différentes parties prenantes ne font pas des concessions, le chef de l’Etat va procéder à l’arbitrage.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here