PARTAGER

La 2eme édition du forum des investisseurs en microfinance s’est ouvert vendredi à Dakar sous la présidence effective du Premier ministre. Lors de ce rendez-vous, Mahammed Boun Abdallah Dionne a magnifié les performances réalisées par le Sénégal en matière de Système financier décentralisé (Sfd) à la fin de l’année 2016. Il a indiqué qu’au «regard des indicateurs issus des statistiques produites par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) en 2017, le Sénégal est le leader de la zone Uemoa avec 208 systèmes financiers décentralisés, plus de 2,5 millions de membres clients, un an d’épargne de plus de 285 milliards de francs Cfa, des crédits d’un montant de plus de 306 milliards de francs Cfa et un taux de pénétration de la microfinance de 18,4% par rapport à la population totale».
Ce forum, organisé par l’As­sociation professionnelle des systèmes financiers décentralisés du Sénégal (Ap/sfd) et le Fonds de garantie des investissements prioritaires (Fon­gip), re­po­se sur la nécessité de réussir une forte mobilisation autour des préoccupations de financement. Il s’agit des besoins des populations en particulier le monde rural, les femmes et les jeunes.
«Le Fongip a réalisé à ce jour, après 3 années d’exercice, un volume d’engagement en termes de financement en faveur de Sfd de 5,2 milliards de francs Cfa à travers 35 Systèmes financiers décentralisés qui ont mobilisé à leur tour, un volume de financement de 13,6 milliards en faveur de 20 mille 363 bénéficiaires», explique Doudou Kâ, administrateur du Fongip.
Et la ministre de l’Economie solidaire et de la microfinance, Aminata Angélique Manga, reconnait que «les enjeux sont énormes, les défis sont nombreux. Il s’agit là aujourd’hui de permettre à la majorité des Sénégalais, qui sont exclus des systèmes financiers classiques, de pouvoir bénéficier de financement rapide, réel afin d’aller vers des activités génératrices de revenus à grande échelle».
Les réflexions de cette année portent sur «la finance inclusive : quelle contribution pour l’émergence économique ?» A la clôture des travaux, prévue samedi, les acteurs devraient produire des recommandations dans lesquelles des solutions vont être proposées pour l’amélioration de la performance du secteur. Selon le Premier ministre, cette rencontre épouse l’ambition du président de la République. Il dit : «Ce forum est une concrétisation de la volonté du chef de l’Etat, son excellence monsieur Macky Sall, de faire de 2018 une année sociale. C’est-à-dire l’année du marqueur social vers l’atteinte de notre objectif collectif, un Sénégal émergent et inclusif. C’est-à-dire, un Sénégal de tous, un Sénégal pour tous.»
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here