PARTAGER

Pour un approvisionnement correct du pays en moutons de Tabaski, le Premier ministre, via une circulaire, ordonne l’ensemble des services des ministères concernés à faciliter l’entrée des troupeaux au Sénégal.

Les éleveurs, opérateurs et transporteurs se sont réunis hier pour examiner les conditions de transport des moutons en direction de la de la Tabaski 2018. La rencontre, coprésidée par le directeur des Transports routiers, Cheikhou Oumar Gaye, et celui de l’Elevage, Dame Sow, consistait à définir des prix conseillés pour le transport des moutons. Ainsi, ces acteurs ont déterminé le coût kilométrique par mouton auquel il faut appliquer une marge forfaitaire pour avoir le tarif conseillé, lequel a été accepté aussi bien par les éleveurs que par les transporteurs.
Le directeur des Transports routiers, Cheikhou Oumar Gaye, explique : «Il faudra appliquer le kilométrage du point de chargement du mouton au point de débarquement. il faudra appliquer la distance parcourue avec le coût par kilomètre et par mouton, majorer d’une marge bénéficiaire de 50 mille francs à un mois de la Tabaski, de 100 mille francs de marge à 15 jours de la fête et elle passe à 150 mille à une semaine de la Tabaski.» Les mêmes dispositifs, qui ont permis plus ou moins une réussite de la Tabaski 2017, vont être reconduits, notamment la mise à disposition de macaron aux véhicules prédisposés à transporter les moutons pour leur faciliter le voyage.
En plus de ce macaron, le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, a sorti une circulaire qui complète ce dispositif. Ladite circulaire demande aux services de tous les ministères concernés d’alléger les conditions de transport aux opérateurs. Selon le directeur des Transports routiers, la circulaire est déjà remise à tous les ministères concernés pour assouplir les conditions de transport des moutons, notamment la réduction du contrôle au strict nécessaire, l’exonération des droits et taxes, l’autorisation de la présence à bord de chaque camion ou wagon de trois bergers chargés de la surveillance des animaux. Ces mesures s’appliquent au niveau des frontières, des axes de convoyage, des zones d’attente et des points de vente de la période allant du 9 juillet au 6 septembre 2018. «Par ailleurs, les services compétents veilleront aux conditions d’entrée et de circulation des animaux, conformément aux dispositions du décret 2002-1094 du 04 novembre 2002 relatif à la police sanitaire des animaux domestiques», a indiqué le directeur des Transports routiers.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here