PARTAGER

En visite de contact et d’évaluation au plus important point de débarquement de moutons en provenance de toute la sous-région, Séwékhaye à Ngoundiane, le ministre de l’Elevage et des productions animales, Samba Ndiobène Kâ, a vivement déconseillé aux consommateurs d’acheter leur mouton à 48 h de la fête de Tabaski prévu le vendredi 31 juillet 2020.

A quelque dix jours de la fête de l’Aid El Kabir, communément appelée Tabaski, qui sera célébrée cette année dans un contexte particulier, marqué par la pandémie du nouveau coronavirus, ce n’est pas encore le rush dans le gigantesque foirail de Séwékhaye, dans la commune de Ngoundiane. Là, le visiteur moyen n’en croit pas ses yeux. Puisqu’à Séwékhaye, considéré comme le plus grand marché du bétail au Sénégal, le mouton ne se vend pas cette année à moins de 120 000 francs Cfa. Un état de fait qui a poussé certainement le ministre de l’Elevage et des productions animales, Samba Ndiobène Kâ, a vivement déconseillé aux consommateurs d’acheter leur mouton à 48h de la fête. «J’invite les consommateurs, qui peuvent le faire et qui ont les conditions requises pour le faire sur les plans financier et organisationnel, d’aller acheter le plus rapidement possible leur mouton.» En effet, explique le ministre, «nous sommes en période de crise sanitaire et les rassemblements au niveau des foirails peuvent être source de contamination. Ce que nous ne souhaitons pas. Nous voulons limiter les rassemblements dans les foirails et de ce fait réduire les risques de propagation de la pandémie». Et l’idée, poursuit-t-il, «c’est de permettre aux opérateurs de renforcer le marché à temps, au cas où il y aurait pénurie. Et cela est possible à une semaine de l’événement mais à deux jours, ce serait impossible pour un éleveur ou un opérateur privé qui ne prendrait pas le risque d’aller dans la sous-région pour augmenter son cheptel».
Au-delà, Samba Ndiobène Kâ s’est dit très satisfait que toutes les dispositions prises ont été respectées pour permettre à la région de Thiès d’afficher une disponibilité de 67 mille têtes de plus que l’année dernière. «L’année dernière, on était à j-11 aux alentours de 53 mille têtes. Par contre, cette année à la même période, on est à plus de 120 mille têtes, donc un surplus de 67 mille têtes. Ce qui est un record», s’est-il réjoui, avant de demander aux éleveurs et autres opérateurs de «ne baisser les bras et de continuer le travail pour inonder le marché sénégalais pour que tous les consommateurs puissent avoir leur mouton». Non sans les demander «à faire preuve de clémence à l’endroit des consommateurs sénégalais, dans la fixation des prix des moutons, en ce contexte socio-économique très difficile» parce que, à l’en croire, des «mesures d’exonération des taxes» aux éleveurs ont été prises.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here