PARTAGER

Le ministre de l’Elevage et des productions animales s’est dit satisfait du niveau d’approvisionnement du marché en moutons de Tabaski à Saint-Louis. Samba Ndiobène Kâ, qui était en tournée dans la région nord, a visité la plupart des foirails avant d’inviter les populations à acheter à temps leur mouton pour éviter les rassemblements à la veille de la fête et se prémunir ainsi d’une éventuelle pénurie.

Le ministre de l’Elevage et des productions animales a fait le tour des grands foirails de la région, en visitant les départements de Podor, Dagana et Saint-Louis. Partout, il a rencontré les différents acteurs en compagnie des autorités administratives, des représentants des collectivités locales et des responsables de son ministère au niveau déconcentré. A Saint-Louis, dernière étape de sa visite, il s’est rendu au foirail de Darou, le plus grand de la commune, où il a constaté le niveau d’approvisionnement en moutons avant d’échanger avec les opérateurs sur les difficultés qu’ils rencontrent sur le site et pour y apporter des solutions, afin de faciliter l’approvisionnement Samba Ndio­bène Kâ, qui considère que «cette opération est économique, mais aussi religieuse et sociale», s’est dit satisfait du niveau d’approvisionnement actuel des foirails car, fait-il remarquer, à 12 jours de la Tabaski, ses services ont décompté plus de 7 000 têtes, alors que l’année dernière à pareille époque, seulement 6 000 avaient été enregistrées, soit un surplus de plus de 1 000 têtes dans les foirails de la ville.
Malgré cette situation, le ministre de l’Elevage a invité les Sénégalais, qui sont dans les dispositions, à acheter à temps leur mouton de Tabaski pour non seulement éviter les rassemblements dans les points de vente pendant les derniers jours, dans la mesure où ça pourrait être source de propagation du coronavirus, mais aussi pour se prémunir contre un éventuel déficit en moutons. Mieux, souligne-t-il, ça pourrait éventuellement aider l’Etat et les opérateurs à combler le gap au niveau des points de vente de l’intérieur du pays ou à la frontière en cas de déficit.
Par ailleurs, comme il l’a déjà indiqué dans d’autres étapes de sa tournée, M. Kâ a clairement fait savoir qu’il n’a jamais garanti et ne garantira jamais l’autosuffisance en moutons de Tabaski. Il a en ce sens rappelé que «le rôle de l’Etat n’est pas d’acheter ou de vendre des moutons», mais plutôt de faciliter l’approvisionnement en moutons et toutes les dispositions ont été prises. D’ailleurs, explique-t-il, le président de la République avait donné des instructions pour la suppression des taxes sur les moutons, l’allègement des con­trôles routiers et l’aménagement de points officiels de vente sécurisés. L’Etat ne s’est pas arrêté là, selon le ministre de l’Elevage, car dans le cadre du Fonds d’appui à la stabulation, une enveloppe de 3 milliards de francs Cfa a été dégagée pour permettre aux opérateurs de s’approvisionner en moutons à l’intérieur du pays et à la frontière pour alimenter le marché. Samba Ndiobène Kâ, qui a recueilli les doléances des opérateurs relatives surtout à l’insuffisance de la sécurité et à l’absence de lumière et de toilettes, a promis d’y apporter une solution, en collaboration avec les forces de sécurité, les autorités municipales et le ministère de l’Assainissement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here