PARTAGER

En lisant ce nom taekkyon, on a l’impression de parler du taekwondo. Que nenni ! Il s’agit d’une ancienne discipline martiale qui regroupe le taekwondo et la lutte. «En fait, il s’agit de l’ancêtre du taekwondo», nous confie Bineta Diédhiou, championne du monde francophone qui a suivi un stage de formation en République de Corée durant des mois. Après une formation fructueuse, sanctionnée par un diplôme de fin de stage, Bineta Diédhiou qui fait la fierté des Sénégalais a bien voulu répondre aux questions de Senesport. On a pensé qu’elle était la seule candidate sénégalaise, mais «non», rétorque-t-elle, «il y a Evelyne Diatta de la lutte sénégalaise qui a participé à la formation et cela m’a fait trop plaisir de voir une compatriote dans le groupe composé de 10 stagiaires».
Durant cinq mois, avec un programme bien ficelé, Bineta Diédhiou a pratiqué les deux disciplines en plus de suivre des cours chaque jour pour apprendre la langue coréenne. «Dans le groupe, il y avait l’Ethiopie, le Vietnam, le Cambodge, le Laos, le Ghana, la Moldavie, l’Iran et le Sénégal. Cette opération était organisée par l’Union mondiale des arts martiaux (World martial arts union) en partenariat avec l’Unesco qui a tout financé. On n’a pas participé financièrement et cela m’a permis de travailler de manière relaxe, sans pression aucune. On était là pour le taekkyon qui est un ancêtre du taekwondo. Et une fois par semaine, on pratiquait le sirum qui est la lutte traditionnelle coréenne pour compléter le taekkyon. Une belle expérience que j’ai vécue en terre coréenne durant cinq mois pleins. Cet art martial traditionnel coréen a d’ailleurs été inscrit en 2011 par l’Unesco sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. C’est l’un des plus anciens arts martiaux coréens.»
Wiwsport

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here