PARTAGER

Les nouvelles ne sont pas bonnes au niveau de l’Hôpital régional de Tamba. Sur les 13 personnes testées positives depuis la survenue du 1er cas dans la commune de Tamba, les 12 sont issues du personnel soignant dont 4 médecins.

Que dire ? La situation devient de plus en plus tendue à l’Hôpital régional de Tambacounda, qui a connu une vague de contaminations sans précédent. Hier, 7 agents de santé dont 3 médecins en service au niveau de cet établissement public de santé ont été contrôlés positifs au Covid-19. Ils sont donc 12 membres du personnel soignant à avoir été contaminés alors qu’ils sont en première ligne dans la lutte contre la maladie, qui continue sa progression. Une situation qui rappelle que les acquis semblent être toujours fragiles alors que les mesures de restriction ont été allégées pour permettre à l’économie de reprendre son envol.
Aujourd’hui, le Service d’accueil des urgences semble payer le plus lourd tribut, en enregistrant beaucoup plus de cas. «En plus, signale-t-on, près de la moitié des cas positifs détectés, sont issus de la transmission communautaire.» Ce mode de contamination hante le sommeil des autorités médicales, qui ne dorment plus les poings fermés. Ils travaillent depuis lors à un retraçage des différents contacts des cas détectés mais aussi et surtout les sources de contamination. D’ailleurs, les 7 contaminations de ce jour sont tous des contacts de ces cas dits communautaires. Des sources médicales indiqueront que d’autres contaminations pourraient être envisagées d’autant plus que les contacts sont légion.
A ce jour, il y a 76 cas déclarés positifs dans la région dont 63 dans le département de Goudiry et 13 à Tamba. Si 43 personnes sont guéries depuis lors, 33 malades demeurent encore sous surveillance médicale au Centre de traitement de la maladie logé au sein de l’hôpital.

La Région médicale vole au secours de l’Hôpital régional
Après avoir vu son personnel sérieusement être touché, l’hôpital a dû solliciter l’appui de la Région médicale. Il va être réquisitionné des médecins dans les autres districts de la région pour venir en appoint au centre hospitalier dont les capacités ont été amoindries.
Structure de référence, il ne peut rester sans personnel qualifié pour faire fonctionner ses autres services. «Raison pour laquelle, la Région médicale ne va pas tarder à dépêcher du personnel pour remplacer momentanément les médecins et autres aides-soignants isolés pour les besoins d’une prise en charge au niveau du Centre de traitement de la maladie», informe un agent de santé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here