PARTAGER

Abdou Karim Sall fait du marquage à la culotte. A Tamba­counda, il a encore tiré sur les animateurs de la Plateforme Aar li nu bokk. «Ceux-là qui s’agitent tous les jours à la Place de l’Obélisque sont manipulés pour déstabiliser notre pays», a dit le ministre de l’Environnement en marge d’une visite au parc du Niokolo Koba. Et le responsable de l’Apr les qualifie de «coupeurs de route». «Ils suivent des signaux qu’ils reçoivent de l’étranger pour jeter le discrédit sur le régime. Ils veulent, à travers Aliou Sall, atteindre le Président Macky Sall. Mais c’est peine perdue. Ils cherchent à jouer le second tour en mobilisant le Peuple pour des raisons fallacieuses. Ce n’est pas sérieux. Le Peuple a majoritairement renouvelé sa confiance au Président», a-t-il ajouté. M. Sall est convaincu que les informations fournies par la chaine britannique «ne tiennent pas la route». Il poursuit : «La Bbc est dans une campagne de propagande avec des Ong et pour semer le discrédit dans le pays. C’est tout simplement de la machination.»
Le frère du chef de l’Etat a quitté la tête de la Caisse des dépôts et consignations, mais Abdou Karim Sall ne l’aurait pas souhaité. «J’ai toujours défendu le maintien de Aliou Sall à son poste. Il ne devait pas démissionner car, le faire, c’est donner raison aux détracteurs du régime et du Président Macky Sall. C’est une affaire purement politique. Aliou Sall a eu à s’expliquer sur la question, mais les gens continuent de spéculer. Il faut qu’on évite d’être pris en otage par un groupuscule d’aigris qui, tous les vendredis, insultent le pays et ses institutions», a dit l’ancien Dg de l’Artp.
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here