PARTAGER

Le procès des jeunes qui avaient attaqué le poste de gendarmerie de Aroundou, localité située dans le département de Bakel, s’est tenu ce mercredi au Tribunal de Grande instance de Tamba­counda. 19 prévenus ont été présentés à la barre. Le Parquet, qui les a tous mis dans le même sac, a requis 2 ans dont 3 mois ferme contre toute la bande, malgré la plaidoirie de la défense qui conteste l’implication de 16 d’entre eux. Le Tribunal délibère sur l’affaire le 2 septembre prochain.

Les jeunes du village de Ballou, impliqués dans l’attaque du poste de gendarmerie de Aroundou, ne sont pas encore tirés d’affaire. Ils connaîtront leur sort le 2 septembre, date retenue par le Tribunal pour livrer son verdict. En attendant, le procureur de la République, dans son réquisitoire, n’a pas milité en faveur de leur relaxe. Au contraire, il les a reconnus coupables des faits à eux reprochés et soutenu que ces faits en question sont constants. Le représentant du ministère public a demandé à ce que tous les prévenus soient condamnés à une peine de 2 ans de prison dont 3 mois ferme.
L’avocat de la défense, lui, verra les choses autrement. Pour la robe noire, il n’a pas été établi l’implication des 16 membres de la bande. «L’implication des 16 jeunes n’est pas démontrée. Donc, ils ne peuvent pas entrer en voie de condamnation», a plaidé l‘avocat. Ils n’ont pas pris part à l’attaque, aura tenté de démontrer la robe noire. Ils ne sont pas responsables, ajoute-t-il. Cependant, pour les 3 autres prévenus, sans nier leur implication, leur conseil a juste demandé l’allègement de la peine. Il a exhorté le Tribunal de ne pas suivre le réquisitoire du parquetier qu’il juge sévère. Il a juste demandé l’application bienveillante de la loi en faveur de ses clients.
Le Tribunal a décidé de délibérer sur cette affaire le 2 septembre prochain. En attendant, les jeunes doivent encore garder leur mal en patience en restant en détention.
Une délégation constituée de sages du village de Ballou a entrepris, depuis lors, des médiations pour faire libérer les jeunes. Après avoir présenté les excuses des jeunes et des populations au sous-préfet de Moudéry, au chef de poste de la gendarmerie de Aroundou, au commandant de la compagnie de Bakel, au préfet, ils ont été reçus hier par le gouverneur de la région. Ils ont encore réitéré leurs excuses et regrets à l’autorité administrative.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here