PARTAGER

Les inscriptions sur les listes électorales ne se passent pas sans grosses difficultés à Tamba. Il n’y avait jusque-là qu’une seule commission pour enregistrer les personnes désireuses d’obtenir la carte d’identité biométrique. Ce qui fait qu’à la date du 23 février, le taux d’enregistrement au niveau départemental est de seulement 40%, selon le préfet. «Malgré le gap assez important à combler (60%), nous sommes rassurés», assure Mor Talla Tine, qui ajoute que deux nouvelles commissions ont été installées dans les quartiers de Saré Guilèle et de Quin­zam­bougou depuis jeudi.
Mor Talla Tine s’engage à soulager «considérablement» les populations et accélérer le rythme d’enregistrement sur les listes. «Rien que pour leur première journée de travail, les deux commissions ont enregistré 308 personnes. A cette date du 23 février, il y a 12 930 inscrits dans la commune sur un potentiel électoral de 44 348 personnes, sur la base du nombre d’inscrits lors des élections référendaires. Ce qui donne un taux de 30% jusque-là. C’est pourquoi d’ail­leurs, les deux nouvelles commissions ajoutées sont installées dans la commune pour booster le taux et permettre aux populations de s’inscrire et obtenir leurs cartes», souligne l’autorité administrative. Avec ces deux nouvelles machines, explique-t-il, les deux commissions vont travailler de 8h à minuit pour résorber le gap.
Pour les autres localités dans le département, les taux obtenus sont «assez satisfaisants», même si l’arrondissement de Missira est encore à la traine (39%). A Koussanar, la commission mobile est à un taux de 63% alors que Makacolibantan est à 55%. Le préfet a aussi profité de son entretien avec la presse pour signaler qu’il y a, à ce jour, 3092 cartes biométriques déjà disponibles à Tambacounda. Tout de même, les citoyens réclament encore d’autres commissions.
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here