PARTAGER
Madame Yakharé Diop, responsable politique du Pds à Tambacounda

Les partis de l’opposition dans la commune de Tambacounda dénoncent des cas d’achat de conscience notés dans la collecte des signatures. Ils accusent la majorité présidentielle et appellent les populations à «plus de dignité et de responsabilité».

Yakharé Diop n’est pas allée par le dos de la cuillère pour fustiger l’attitude des responsables de Benno bokk yaakaar qui font «dans l’achat de conscience» à Tambacounda. Cette ancienne députée libérale relève que de tels actes ont été constatés dans les quartiers Plateau, Quinzam­bougou et dans la périphérie de la ville. «C’est inadmissible que des responsables de la majorité versent dans l’achat de conscience en distribuant des sommes de 10 000 F à des populations démunies et inconscientes pour récupérer leurs signatures et leurs Cni. Ces mêmes responsables promettent des financements de la Der (Délégation à l’entrepreneuriat rapide) aux populations contre leurs pièces d’identité. C’est regrettable. Les projets et programmes de l’Etat appartiennent à tout le monde et ne doivent pas servir de moyens de campagne ou d’influence», fulmine Mme Diop. Pourtant, rappelle cette militante du Pds, partout où ils sont passés, les membres du pouvoir ont brandi le bilan «positif» de leur candidat Macky Sall. «Si tel est le cas, pourquoi proposer de l’argent pour recueillir des signatures», se demande-t-elle.
Aminata Sankharé embouchera la même trompette. Seule­ment, elle se demande de quoi est-ce que le Président a peur pour que ses lieutenants se livrent à un tel jeu. «Cela n’honore point notre démocratie et avilit ceux-là qui se livrent à des opérations d’achat de conscience. Que Macky Sall et ses hommes sachent qu’ils ont fait leur temps. Et l’heure est venue pour eux de céder la place après avoir fait montre de leur incompétence et de leur arrogance», dira cette responsable khalifiste. Elle ajoute : «Ici à Tamba, seules de telles pratiques pourraient leur faire bénéficier de signatures, tellement les promesses faites et non tenues par le Président lui-même sont encore là et agacent les populations.» Mme San­kharé dénonce le «manque de considération» du Président Sall qui, souligne-t-elle, «même lors de ses passages à Tamba pour aller à Médina Gounass, ne daigne même pas accorder de l’importance à la ville et à ses citoyens». «C’est parce qu’il sait, convaincu, que les promesses non tenues ont raidi les cœurs des nombreux habitants. Ils ne le parraineront pas et voteront contre lui pour les avoir délaissés depuis son accession à la magistrature suprême», avertit-elle.
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here