PARTAGER

La région de Tamba, à l’instar de beaucoup d’autres localités dans le pays, a célébré la Journée de l’enfant africain. Le thème retenu pour cette année est : «L’action humanitaire en Afrique : les droits de l’enfant d’abord.» Seulement, l’occasion a été mise à profit par les enfants pour faire une évaluation de leur situation mais aussi d’appeler à une meilleure protection.
Beaucoup de droits des enfants sont menacés, ont fait noter les en­fants lors de la lecture de leur mémorandum à la Préfecture. Yous­souf Keïta, qui a porté leur parole, a pointé du doigt les droits relatifs à la santé, à l’éducation, à un environnement sain, entre autres.
Pour le porte-parole des enfants, ces droits sont de nos jours menacés. D’où son appel à un renforcement de la protection de ce groupe vulnérable qui doit être protégé et mieux accompagné. Poursuivant, il a exigé à ce que cessent les violences faites aux enfants. Dans beaucoup de localités, se désole Youssouf Keita, «les enfants sont pris pour cibles par des bandits et autres personnes qui en font leurs esclaves». «Cela doit cesser», ont-ils exigé.
«Cette journée est certes commémorative du massacre des élèves de Soweto en 1976 en Afrique du Sud, soutient  Youssouf Keïta, mais elle est aussi pour nous l’occasion d’une introspection profonde et un moment d’évaluation sans complaisance des engagements ratifiés par nos Etats pour la réalisation des droits des enfants africains.» «Seulement, force est de reconnaître qu’il y a encore à faire», a précisé le porte-parole des enfants. «En effet, détaille-t-il, malgré la mise en place depuis les années 1960 des plans Orsec, de la Snpe, la création dans tous les départements de Comités de protection des enfants (Cdpe), nombre d’enfants sont encore victimes des risques.» «Il s’agit, relève le porte-parole du groupe d’enfants, de risques liés à l’inondation, à la famine, à l’érosion côtière, au conflit en Casamance avec son lot d’orphelins, de déplacés, de victimes de mine, d’écoles fermées, entre autres.» «A ce lot, on peut y ajouter d’autres facteurs de crise humanitaire notamment l’insécurité transfrontalière et le terrorisme», développe-t-il.
«Fort de ce constat, martèlera-t-il, la Conafe, au niveau régional, saisit cette opportunité pour faire le plaidoyer auprès des autorités compétentes d’une part, d’autre part, sensibiliser les communautés pour plus d’actions en faveur de la protection et de la promotion des droits de l’enfant.»
Abordant le thème, il soutient que c’est une façon de rappeler la centralité  des droits de l’enfant et par conséquent, une invite à accorder une attention particulière à la protection et à la promotion de ces droits.
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here