PARTAGER

L‘école Kandioura Noba, ex-Ecole Nord, située en plein centre-ville de Tambacounda, est très mal en point. Cet établissement d’enseignement élémentaire, qui a vu passer beaucoup de cadres, souffre aujourd’hui de plusieurs maux qui ont pour nom, toitures défectueuses, mur de clôture quasi-inexistant, salles de classe détériorées, toilettes impraticables, entre autres manquements. D’anciens pensionnaires se sont engagés à essayer de donner à l’école une cure de jouvence. Gora Sène, aujourd’hui sexagénaire, est le coordonnateur du Collectif des anciens de l’école. Le cœur meurtri, il jette un regard embué de larmes sur le bâtiment qui l’a accueilli au moment de sa tendre jeunesse. «C’est dans cette salle que j’ai fait mon initiation», pointe-t-il du bout du doigt. Aujourd’hui, le bâtiment ressemble à un taudis, se désole-t-il. Il est complètement délabré et ne devrait même plus abriter des potaches, car les murs ne sont plus sûrs. L’école a été laissée à elle-même, s’offusque-t-il. Depuis des années, aucune action n’a été intentée pour sa réhabilitation. Outre les salles de classe, le coordonnateur du Collectif des anciens élèves de l’école indique le mur de clôture de l’établissement. «Il n’existe que de nom», s’est désolé Gora Sène. De tous les côtés il s’est affaissé, donnant l’occasion aux animaux en divagation d’y élire leur quartier général. C’est à l’intérieur de l’école que dorment les bêtes, a expliqué le coordonnateur. Se désolant de cette situation, M. Sène a lancé un appel à toutes les autorités, en particulier les responsables municipaux, à réagir avant que l’irréparable ne se produise. Le président du Collectif a tenu à mettre en avant le fait que même les toits des bâtiments ne sont plus solides, ayant en plusieurs endroits cédé la place aux vents et aux eaux de pluie. De l’intérieur de certaines classes, l’on peut voir tout du ciel. L’établissement a formé beaucoup de cadres et fait partie des premiers de la ville. Il ne mérite pas cet état et doit être réhabilité pour le grand bonheur des enfants. Pour qu’il y ait une éducation de qualité, il faut certes de bons enseignants, mais il faut aussi que les apprenants soient dans de bonnes conditions, c’est-à-dire des locaux décents. Et c’est toute la raison de la création de collectif qui travaille à faire réhabiliter l’école Kandioura Noba, ex-Ecole Nord, a insisté M. Gora Sène.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here