PARTAGER

La commune de Tambacounda a reçu la visite des Forces de défense et de sécurité, accompagnées du gouverneur, du préfet et des agents du ministère des Transports terrestres. Il s’agit d’une vaste opération de contrôle de documents administratifs des véhicules de transport en commun. A la fin de cette opération, plusieurs dizaines de véhicules ont été immobilisés dans les commissariats et autres brigades de gendarmerie, faute de documents administratifs ou pour surcharge.
Il s’agit d’une mission de contrôle et de vérification des véhicules sur l’ensemble du territoire national, une manière pour les autorités de faire face à l’insécurité notée sur les routes. «Malgré la disponibilité du Code et les efforts consentis par l’Etat en matière de réhabilitation et construction des routes, il est noté trop d’accidents sur les routes», se désole le gouverneur de Tamba. Bouya Amar poursuit : «La loi va être appliquée sans faiblesse. La région de Tamba présente le plus grand nombre d’accidents de la circulation et souvent mortels ; d’où toute l’importance de cette opération qui permettra d’assainir le secteur. La presque totalité des cas d’accidents notés sont dus à des défaillances humaines, s’offusque le gouverneur. Les questions de surcharge, de visite technique, de défaut de signalisation, entre autres, sont des questions sur lesquelles les gens doivent travailler et faire appliquer toute la loi, sans aucune faiblesse», martèle le gouverneur.
C’est d’ailleurs l’option prise par l’Etat pour lutter contre l’insécurité sur les routes, renchérit-il non sans rappeler qu’elle sera réitérée à chaque fois que de besoin. Aubin Jules Sagna, secrétaire du ministère des Infrastructures et des transports, explique cette opération, après les régions de Kaolack et de Kaffrine : «La région de Tamba qui représente le poumon du corridor n’a pas dérogé à la règle. Ici aussi, beaucoup de voitures de tous genres sont arrêtés pour défaut de pièces ou pour des problèmes de visite technique, entre autres manquements.» Il ajoute : «Dans cette partie du pays, les accidents les plus mortels y sont notés. C’est pourquoi l’Etat a décidé de prendre le taureau par les cormes. Je déplore le fait que beaucoup de véhicules ne disposent pas de triangle de signalisation alors qu’ils sont constamment en panne sur la route. Et cette situation est le plus souvent source d’accident de la circulation. C’est pourquoi le contrôle va toucher tous ces aspects», martèle M. Sagna.
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here