PARTAGER

A Tambacounda, Malang Souané a lu le mémorandum des différentes centrales syndicales, lors de la Fête du travail, pour regretter la léthargie notée dans la prise en charge de leurs revendications. Pour lui, rien ne change d’année en année. «Les doléances formulées l’année dernière sont restées en l’état faute de prise en charge optimale. Et c’est pourquoi les préoccupations demeurent toujours les mêmes pour cette année encore. Rien n’aura changé, les mêmes questions sont presque revenues», note-t-il  amer. Toutefois, il appelle l’Etat à profiter des vacances scolaires pour résoudre les points d’achoppement que sont entre autres, la matérialisation des conclusions de l’étude sur le système de rémunération des agents de la Fonction publique, la revalorisation de la fonction enseignante, la préservation de l’outil de travail. «Cette année, s’il n’y a pas de perturbations dans l’école, c’est parce que les syndicats ont accepté de faire des concessions. Et c’est pourquoi, l’Etat doit maintenant profiter des vacances scolaires pour régler beaucoup de questions», exhorte le syndicaliste, qui demande aussi la résorption des abris provisoires, le respect des accords signés avec les agents de la santé, le recrutement des Agents de santé communautaire, pierres angulaires du système, le remboursement de la dette de l’Acmu.

afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here