PARTAGER

C’est une coopération vieille quasiment de 60 ans. Entre le Sénégal et le Japon, les relations se mesurent à l’aune des réalisations nippones chez nous. Lundi et mardi derniers, l’ambassadeur du Japon au Sénégal, son Excellence Tatsuo Arai, s’est rendu à Kaolack et à Fatick pour effectuer une visite dans les établissements scolaires où interviennent les volontaires japonais en prélude à la célébration du 40ème anniversaire du volontariat japonais prévu en 2020. Il a visité l’école d’application du Centre régional de formation professionnelle de Fatick (Crfe). Sur place, il a constaté l’apport des volontaires japonais sur le plan pédagogique aux apprentissages. Ce jour, il a assisté à une activité numérique dans une classe de Ce2 tenue par Mme Guèye et assistée de la volontaire japonaise Emilie Diène dont le nom à l’état civil est Sano Emi. Elle attire l’attention de l’assistance dont son Excellence par cette méthode qui consiste à utiliser les cartes pour aider les élèves à maîtriser les tables de multiplication. «L’éducation étant un des piliers du développement d’un pays, le mien a décidé d’accompagner le Sénégal dans ce processus», raconte l’ambassadeur du Japon. Il rappelle que les volontaires japonais participent à l’amélioration de la qualité de l’enseignement. Ce n’est le seul domaine dans lequel les Volontaires japonais pour la coopération à l’étranger (Jocv) interviennent même si l’éducation est le domaine le plus ciblé en plus de la santé et de la construction des infrastructures.
Ils sont affectés dans les Inspections d’éducation et de formation (Ief) et les Centres régionaux de formation de personnels de l’éducation (Crfpe) dont l’un est implanté à Fatick et dirigé par Djibril Ndiaye. Construit grâce à la Coopération japonaise pour 3 milliards de nos francs, ce centre est destiné à former les élèves-maîtres et d’assurer la formation continue des professeurs de l’enseignement et du personnel de l’éducation.
Saluant l’intégration de ces volontaires japonais au Sénégal, M. Tatsuo Arai informe que plus de 1 200 volontaires ont été envoyés au Sénégal et souligne que son pays est prêt à en mettre davantage à la disposition du Sénégal si le besoin se fait sentir. «On envoie des volontaires au Sénégal depuis 1980. On voudrait bien augmenter selon les nécessités. Les volontaires donnent et reçoivent des Sénégalais. C’est un partenariat gagnant-gagnant. Les volontaires sont bien intégrés au Sénégal, ils mangent du thiébou dieune ou du yassa avec les Sénégalais», salue le diplomate qui rappelle que le montant cumulé de l’appui du Japon au Sénégal, de 1976-2017, se résume en termes de dons d’un montant de 626,9 milliards F Cfa, alors que les prêts se chiffrent à 279,9 milliards. En plus, la Coopé­ration technique japonaise a fait bénéficier au Sénégal 277,3 milliards F Cfa.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here