PARTAGER

Cinq ans après le lancement de la portabilité, à l’aune des statistiques observées, il apparaît un taux de rejet important de près de 66% des demandes de portabilité dont les deux tiers sont causés par une mauvaise identification des numéros.

L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) a procédé samedi, au lancement de la deuxième édition de sa Campagne nationale de communication sur la portabilité et l’identification des numéros. Délocalisée dans la région de Matam, au village de Doumga Ouro Alpha, les populations sont venues répondre en masse à l’appel du Directeur général de l’Artp, Abdoul Ly, natif du terroir.
Selon M. Ly, la vision éclairée et la dimension managériale du Président Macky Sall inspirent et orientent implicitement leurs actes de tous les jours. Suffisant pour lui, d’exprimer toute leur gratitude au chef de l’Etat.
Evoquant le contexte de lancement de la cérémonie, le Dg de l’Artp explique : «L’analyse des statistiques sur la portabilité a révélé que le nombre de numéros portés est très faible par rapport au parc global de la téléphonie mobile et le retour d’expérience au niveau des agences des opérateurs indique une mauvaise compréhension des populations de la portabilité et des avantages qu’elle offre».
La campagne va se dérouler dans un contexte de vives polémiques et de dénonciations par les consommateurs de la cherté de certains forfaits des opérateurs dans une période post-Covid-19 où les ménages sont fortement impactés.
Elle sera axée sur un plan de communication avec des supports simples, accessibles et digestes sur l’étendue du territoire national.
Parallèlement à la campagne de communication, des actions opérationnelles sont prévues, toujours en concertation avec les opérateurs et toutes les parties prenantes, afin de faciliter davantage le processus de portabilité aux abonnées et lever les différents dysfonctionnements notés, a fait savoir le Directeur général, lors de la cérémonie de lancement.
En clair, l’objectif pour l’Autorité de régulation est de faire évoluer le processus de portabilité vers une nouvelle version qui permettra d’atteindre l’effet escompté, à savoir redynamiser la concurrence sur le marché des télécommunications au Sénégal, au bénéfice des consommateurs.
En septembre 2015, l’Artp avait procédé au lancement de la portabilité des numéros de téléphonie mobile au Sénégal. Ce levier de régulation qui permet aux clients de conserver leurs numéros en cas de changement d’opérateur, a pour objectif principal de permettre aux clients d’exercer leur libre choix d’opérateurs de téléphonie mobile en fonction des offres innovantes, des tarifs préférentiels et de la qualité des réseaux de communications électroniques des opérateurs, sans perdre le numéro de téléphone qui constitue un élément déterminant dans le cadre de leurs activités personnelles ou professionnelles. Ainsi, pour rendre plus dynamique la concurrence au bénéfice des utilisateurs, l’Artp, en étroite collaboration avec les opérateurs, a défini les conditions et modalités du processus de portabilité ainsi que les rôles et responsabilités des différents acteurs, à travers la décision n°2015-011 du 23 novembre 2015, a rappelé Abdoul Ly.
Les opérateurs, les associations de consommateurs, la Société civile ainsi que les équipes de l’Artp avaient à l’époque travaillé sans relâche, pour mettre en place une procédure simple, fluide et efficace permettant à tout abonné qui le souhaite, d’effectuer la portabilité de son numéro, en moins de 24 heures avec une durée maximale d’interruption de 2 heures.
Cependant, cinq ans après le lancement de la portabilité, à l’aune des statistiques observées, il apparaît un taux de rejet important de près de 66% des demandes de portabilité dont les deux tiers sont causés par une mauvaise identification des numéros.

Plus de 5 millions de numéros non identifiés ont été résiliés
L’identification fiable des utilisateurs des services de téléphonie mobile est une obligation réglementaire qui incombe aux opérateurs, si l’on en croit les propos du Directeur général de l’Artp.
Il rappelle que «le processus de fiabilisation et d’authentification lancé en 2013, sur instruction des autorités étatiques, a permis de mettre en place en 2016, une solution automatisée de consultation à temps réel des fichiers de la Direction de l’automatisation des fichiers (Daf) du ministère de l’Intérieur, offerte gracieusement par les opérateurs, avec pour objectif de leur permettre de mettre en conformité leurs bases de données-clients». Autrement dit, cette solution permet à l’opérateur de vérifier la conformité de la carte d’identité nationale fournie par l’abonné, en interrogeant la base de données de la Direction de l’automatisation des fichiers. Au terme de ce processus en 2017, plus de 5 millions de numéros non identifiés ont été résiliés.
S’agissant de la couverture et la qualité de service internet et mobile 2G, 3G et 4G, l’Artp a rappelé aux opérateurs leurs cahiers des charges à l’issue de sa tournée nationale dès la prise de fonction du nouveau directeur, Abdoul Ly, à la tête de l’institution.
Ainsi, toutes les remontées ont permis à l’Artp de dresser, pour la période 2020-2023, une stratégie visant l’amélioration continue de la couverture et de la qualité des services de communications électroniques sur l’ensemble du territoire national.
L’objectif du régulateur, à travers la mise en œuvre de cette stratégie, est de permettre au consommateur, quelle que soit sa localisation géographique, de bénéficier pleinement des services de communications électroniques avec une qualité conforme aux standards internationaux, a fait savoir le régulateur du secteur des télécoms et des postes.
M. Ly assure que «l’Artp ne ménagera aucun effort pour l’amélioration du bien-être de nos concitoyens, notamment en termes de connectivité et de fourniture des services de communications électroniques de qualité».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here