PARTAGER

Avec l’arrivée sur son bouquet du championnat allemand de football, la Bundesliga, le Groupe Canal + renforce sa présence sur la petite lucarne. Une offensive qui implique également la baisse du prix du décodeur qui passe à 1000 francs.

S’introduire dans le quotidien des ménages les plus pauvres, c’est le pari que Canal est en train de gagner petit à petit. Le groupe français multiplie en effet les offres pour renforcer son parc d’abonnés. En conférence de presse ce mercredi, le directeur de Canal au Sénégal, Sébastien Punturello, annonce que le prix du décodeur va passer à 1000 francs pour les abonnés Evasion. «L’objectif c’est d’être accessible au plus grand nombre pour qu’après le client puisse faire son choix en fonction de ses moyens avec une accessibilité de certains programmes», explique-t-il. Cette baisse s’accompagne également d’une nouvelle offre programmatique avec l’arrivée sur le bouquet du championnat allemand, la Bundesliga. A compter du 6 octobre prochain, M. Punturello annonce que le championnat de football allemand, la Bundesliga, rejoint sur la grille les 4 autres championnats européens «sans augmentation de prix». Avec cette nouvelle arrivée, souligne le directeur de Canal, ce sont les 5 plus grands rendez-vous footballistiques européens qui sont disponibles sur le bouquet. Les championnats français, anglais, espagnols, italiens et allemands seront ainsi au cœur de la grille programmatique de Canal qui propose une nouvelle numérotation de ses chaînes de sports. Ces chaînes seront aussi accessibles dès la formule Accès. En outre, Basket Ball, tennis, boxe, etc. prennent plus de place avec des magazines et des directs. «Chaque chaine sera éditorialisée un peu plus», dit-il. En Afrique, c’est le championnat ivoirien qui est disponible sur la chaîne et pour le moment, ajoute M. Punturello, aucune discussion n’a encore été menée pour une diffusion du championnat local sénégalais.

Nouvelles séries
La chaîne Sunu Yeuf bouclera sa première année en novembre. Mais d’ores et déjà, Canal se réjouit du succès de cette chaîne qui offre une deuxième vie à des séries sénégalaises qui n’ont pas été vues à la télévision. Pour certaines séries, il s’agit même d’une première diffusion. «Sunu Yeuf était un pari dont l’objectif n’était pas seulement de mettre sous les feux de la rampe des séries mais aussi de rester sur cette thématique très demandée qu’est le théâtre. Même si elles remontent à plusieurs années, ce sont pour la plupart des inédits parce qu’elles ont été peu vues ou pour certaines, pas du tout diffusées», explique le directeur de Canal.
Evoquant la production de contenus, Sébastien Punturello souligne que «sans production, il n’y a pas de télévision». Mais pour voir des séries originales, il faudra se rabattre sur les chaînes Cinéma ou sur A+ où l’arrivée de la série écrite par l’écrivaine Sokhna Benga, l’Or de Ninki Ninka, est déjà un beau succès. Après Sakho et Mangane, Invisible et Cacao, Canal s’apprête à diffuser une nouvelle série sud-africaine, Hanté. «L’industrie qu’on essaie de défendre par rapport à l’adversité du piratage, c’est aussi de proposer sur des véhicules comme A+ qui est panafricaine avec 95% de son programme produits et réalisés sur le continent, une exposition plus large», indique M. Punturello qui annonce également qu’en 2022, deux nouvelles séries sénégalaises arriveront sur les antennes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here