PARTAGER


Vert et rouge… A défaut du Parti socialiste, les couleurs du parti de Ousmane Tanor Dieng ont été très visibles lors de la 3ème journée de la campagne électorale. Du bonnet jusqu’au grand boubou, El Hadji Issa Sall du Pur a porté le vert sombre pour promettre une meilleure justice. La ressemblance entre le candidat du Pur et le Ps réside aussi dans les réformes. Les Assises nationales, voilà comme tous les candidats, El Hadji Sall s’engage à quitter la présidence du Conseil supérieur de la magistrature une fois élu. Il l’a juré devant un marabout, mais politicien, Mansour Sy Djamil, qui est sorti de son hibernation après des jours de tergiversation. Ousmane Tanor Dieng, lui, n’est pas candidat, mais Macky Sall trouve le moyen de le citer dans sa campagne pour transmettre ses «vœux de reconnaissance» à l’ancien Président Abdou Diouf.
Le Ps, Sonko l’a aussi dans ses spécimens. Mais pour un candidat de l’antisystème, la couleur blanche doit être de mise. Couleur qui devra être différente de ce bulletin devenu souillé pour ce candidat et ancien promoteur de lutte lors de la Présidentielle de 2007. Habillé tout de blanc, Ousmane Sonko s’est débarrassé de tous ces clichés sur sa foi pour recueillir les prières de chefs religieux à Kaolack. Avant de filer son chapeau devant ses partisans afin de tourner en dérision le régime de Macky Sall, notamment sur l’élevage. Un secteur que «Macky Sall a mis à genou», d’après Madické Niang devant ses militants à Linguère. Galvanisé par Habib Sy, le candidat de Madické2019 résume le bilan du Président sortant à Linguère en un «mur construit», faisant allusion au ranch de Dolly. Lui est dopé depuis son meeting d’ouverture. Dans des localités de la région de Thiès, Idrissa Seck a réfléchi sur la manière de terrasser Macky Sall. Ce dernier, à Saint-Louis, n’a pas perdu le nord car, estime-t-il, «sa victoire est déjà en poche».
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here