PARTAGER

Les journalistes venus couvrir la conférence de presse au sujet de la 3ème édition de l’Open féminin de tennis de Dakar (13-19 novembre) ont eu droit à une séance d’explications entre Daouda Ndiaye, le promoteur de l’événement, et le président de la Fédération sénégalaise de tennis, Issa Mboup. La sortie musclée de Daouda Ndiaye hier chez nos confrères de L’Observateur n’a pas été goût du patron du tennis sénégalais qui a tenu à apporter des précisions par rapport à l’organisation dudit tournoi.
«Je trouve la sortie de Daouda Ndiaye inélégante. C’est une incompréhension mais il n’y a pas de problème avec Olympique Club. Nous sommes en train de négocier et les choses avancent. Il n’y a pas péril en demeure», a tenté de rassurer Issa Mboup par du tout d’accord avec l’ancien numéro un du tennis sénégalais qui a tiré sur la Fédé et le ministère des Sports.

Daouda Ndiaye : «J’ai affaire à des gens qui me font
des caprices»
Jugeant «normale» sa sortie dans la presse, Daouda Ndiaye dit n’avoir fait que «tirer la sonnette d’alarme» par rapport surtout à la cherté du prix de location de l’Olympique Club. «Jamais une telle somme n’a été demandée à un promoteur. C’est pourquoi j’ai tiré la sonnette d’alarme», a-t-il indiqué. «Il se trouve que nous sommes à 10 jours de l’événement et je n’ai traité avec personne de quoi que ce soit. La plus belle femme du monde ne donne que ce qu’elle a. J’ai affaire à des gens qui me font des caprices. Ce que l’on m‘exige, je ne l’ai pas», s’est défendu Daouda Ndiaye. Qui cependant dit être rassuré par le président de la Fédération sénégalaise de tennis qui promet de trouver une solution à la question incessamment.
En attendant que toutes les difficultés soient aplanies, Daouda Ndiaye est en plein dans les préparatifs de cette 3ème édition prévue dans la capitale sénégalaise du 13 au 19 novembre. Passé de futur à challenger, ce tournoi est doté d’un prize-money de 25 mille dollars que vont se partager les joueuses. Celle qui sortira vainqueur de l’épreuve aura au moins droit à 3 mille dollars, selon les organisateurs.
Permettant de faire gagner des points en Wta pour les qualifications au Grand Chelem, l’Open féminin de Dakar verra la participation de 31 nationalités dont certaines ont l’habitude de jouer sur les courts de Rolland Garos et de Wimbledon. Regroupés sur un tableau composé de 32 tenniswomen, les 20 sont qualifiées directement à ce tournoi par leur classement. Les autres passeront par les qualifications prévues les 11 et 12 novembre prochains.
Côté sénégalais, le président de la Fédération précise qu’il n’y a pas grand-chose à espérer. Dans la mesure où «il y a un grand fossé entre les pays européens et l’Afrique». Mais Issa Mboup estime que l’Open féminin de Dakar servira d’émulation aux Sénégalaises afin de les rendre encore meilleures.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here